Sur vos écrans: faits divers, extraordinaires, et sciences pour toutes

Explora propose deux documentaires p<span style=our souligner la Journée internationale des femmes et des filles de science." height="530" width="828" class="img-responsive">
Photo: Explora Explora propose deux documentaires pour souligner la Journée internationale des femmes et des filles de science.

Dans l’univers de Stephen King

 

Lancée l’été dernier sur Hulu (et sur CraveTv au Canada), cette série d’anthologie d’horreur inspirée de personnages et décors familiers de l’œuvre de Stephen King a divisé la critique, mais semble avoir trouvé son public, puisqu’elle a été très rapidement reconduite pour une deuxième saison. Produite par le maître de l’horreur et omniprésent J.J. Abrams, cette histoire originale, plantée dans la fictive mais mythique petite ville du Maine du titre, nous ramène dans les murs de la prison de Shawshank, à la suite du suicide de son directeur sortant. Un « détenu » anonyme est découvert dans une aile désaffectée de l’établissement, ce qui ramènera au bercail un avocat originaire du coin. La distribution somptueuse, la mise en scène dans le ton « horrifique » et le suspense efficace en font une série agréable, pas très originale, mais qui vaut tout de même le détour.


Castle Rock, V.F.
Addik, lundi, 22h
Photo: Addik

 

Au-delà des blagues faciles

 

Les séries documentaires « true crime » se suivent et ne se ressemblent pas, et sont d’intérêt variable. Celle-ci revisite en quatre épisodes l’affaire Lorena Bobbitt, cette Américaine qui est devenue célèbre en 1993 pour avoir coupé le pénis de son mari durant son sommeil. La série produite par le réalisateur Jordan Peele (Get Out) va au-delà de la couverture médiatique de l’époque et des blagues de mauvais goût qui l’ont accompagnée pour se concentrer sur la violence psychologique, physique et sexuelle dont était victime la « coupable ».


Lorena
Amazon Prime Video, vendredi
Photo: Amazon Prime Video

 

Sciences au féminin

 

Pour souligner la Journée internationale des femmes et des filles de science, qui ne forment qu’à peine un tiers des chercheurs sur la planète, la chaîne scientifique d’ici propose deux documentaires qui abordent à leur façon ce vaste thème. Le premier dresse un portrait d’une grande spécialiste du cerveau, la docteure Marian Diamond, tandis que le second se penche sur les obstacles que doivent affronter les scientifiques canadiennes pour poursuivre leur carrière, et les mesures mises en place les y aider.


Mon histoire d’amour avec le cerveau
Femmes de sciences

Explora, lundi, dès 21h

Le visionnement en continu

À la veille de la première de son nouveau spectacle au Centre Bell, la populaire chanteuse Marie-Mai est au centre de cette websérie documentaire en six épisodes dans laquelle elle souhaite montrer qu’elle a changé, qu’elle « a pris les rênes de sa carrière ». On la suit dans ses trépidantes activités professionnelles, de Toronto à la télé en Europe en studio, et dans sa vie personnelle, durant les mois précédant ce grand retour sur scène après un hiatus de quelques années. Les fans y trouveront sans doute leur compte. Un épisode sera mis en ligne chaque semaine.

Marie-Mai: ma façon d’exister

Véro.tv et Tou.tv Extra, dès jeudi


Journées d’Amérique

Pendant cinq ans, le cinéaste et photographe RaMell Ross a accumulé près de 1300 heures de tournage dans la petite ville de Hale County en Alabama. De cette incursion, il a tiré le documentaire Hale County This Morning, This Evening, incursion poétique et sinueuse dans la réalité afro-américaine. En nomination aux Oscar, le film (toujours en salle, notamment au Cinéma Moderne) est diffusé à PBS, permettant au plus grand nombre de plonger dans ce bel objet contemplatif, jamais complaisant, où le quotidien, entre sport et éducation, joie et désespoir, est cerné tel un album photo hypersensible.
 

Hale County This Morning, This Evening

PBS, lundi, 22h