Trudeau à Bollywood scinde l’opinion

Un sketch de la dernière édition du «Bye bye» a soulevé plusieurs réactions dans la communauté indienne montréalaise.
Photo: Radio-Canada Un sketch de la dernière édition du «Bye bye» a soulevé plusieurs réactions dans la communauté indienne montréalaise.

Un sketch de la dernière édition du Bye bye, où l’on voyait Justin Trudeau fumant un joint et être plongé dans un univers onirique pavé de clichés sur l’Inde, a soulevé plusieurs réactions dans la communauté indienne montréalaise. Alors que certains dénoncent du racisme ou l’utilisation « sournoise » de stéréotypes, d’autres n’y voient rien de grave, mais soulignent que le contexte délicat des derniers mois explique le malaise.

Un extrait de 2 m 30 s de l’émission spéciale du 31 décembre, aussi publié le lendemain sur la page Facebook de Radio-Canada, montre le premier ministre fumant de la marijuana pour se détendre après une discussion avec ses conseillers sur des enjeux tendus. Trudeau est transporté sur un plancher de danse du type Bollywood sur une musique indienne, où l’on montre ensuite deux vaches — double symbole de la vache sacrée indienne et du conflit du lait avec les États-Unis.

Puis Trudeau joue au charmeur de serpents, les reptiles étant remplacés par des pistolets à essence, clin d’oeil au pipeline Trans Mountain. Le sous-texte principal du sketch reste les maladresses vestimentaires du chef libéral lors de son voyage en Inde au début de l’année.

Le tout a fait réagir des internautes qui ont dénoncé une « ignorance », du « racisme », ajoutant qu’« il y a trop de caricatures qui présentent la culture indienne dans une manière insensible et superficiel[le] ». D’autres, aussi d’origine indienne, ont dit qu’avoir « la peau brune ne voulait pas dire avoir la peau sensible ».

Interrogé par Le Devoir, le directeur artistique du théâtre Teesri Duniya, Rahul Varma, s’est dit en colère et a jugé le sketch hautement offensant. « Je ne dirai pas que c’est du racisme en soi, mais est-ce que ça ne vient pas d’une façon raciste de penser ? Oui, statue le créateur né en Inde. Comme auteur ou comme concepteur, on attend de toi que tu sois meilleur. Particulièrement si tu ne parles pas de ta communauté. Il faut faire un meilleur travail pour mieux les représenter, tu ne peux pas juste utiliser les clichés visuels et dire que c’est une blague. »

M. Varma comprend bien que la blague est dirigée vers M. Trudeau, mais estime qu’un « travail sournois » crée « un rire méchant » dont une communauté « déjà marginalisée » paye le prix.

Mais pour le président du Centre culturel Kabir, T.K. Raghunathan, qui organise à Montréal plusieurs événements liés à la culture indienne et de l’Asie du Sud, le clip du Bye bye n’est pas choquant. « Je pense que c’est quelque chose dont on peut rire. Ça n’est peut-être pas la meilleure vidéo du point de vue, comment dirais-je, du goût, mais ça n’a rien à voir avec les sensibilités des Indiens ou de la diaspora. Je pense qu’on perd son sens de l’humour en critiquant si rapidement. »

S’il estime que Bollywood « est une culture superficielle » qui n’est pas sacrée, il ne croit pas que ce soit à la diaspora d’être « un agent de sécurité pour tout ce qui se dit pour ou contre l’Inde ».

M. Raghunathan refuse ici l’étiquette de racisme ou d’appropriation culturelle, un concept « qui est beaucoup dans l’air du temps ».

Que faire alors ? « Ce serait mieux pour le Québec si on montrait la diversité telle qu’elle est ici », lance Rahul Varma, soulignant que 28 % des Montréalais sont originaires d’un autre pays.

Le producteur du Bye bye Guillaume Lespérance n’a pas voulu commenter le sujet avec Le Devoir, et Radio-Canada a précisé par courriel n’avoir « aucunement l’intention de manquer de respect envers la communauté indienne, ses traditions ou sa culture » et que le Bye bye « est conçu pour parodier divers événements dignes d’attention et n’a pas le mandat, ni n’a jamais prétendu être un reflet fidèle de quoi que ce soit ou de qui que ce soit. On parle ici d’humour et de caricature et c’est ainsi qu’on doit le comprendre. »