Des Gémeaux qui décapent

Sophie Cadieux a remporté le prix du premier rôle féminin, entourée de l’équipe de «Lâcher prise», qui a obtenu au total six Gémeaux : meilleure comédie, meilleur texte, meilleure réalisation et les meilleurs rôles de soutien masculin et féminin.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Sophie Cadieux a remporté le prix du premier rôle féminin, entourée de l’équipe de «Lâcher prise», qui a obtenu au total six Gémeaux : meilleure comédie, meilleur texte, meilleure réalisation et les meilleurs rôles de soutien masculin et féminin.

Si on reproche à l’Académie des Gémeaux d’être quelque peu complaisante avec ses très nombreuses catégories, on ne pourrait en dire autant de l’équipe du Gala des 33es prix Gémeaux. Après une décapante parodie d’En audition avec Simon, où Jean-Philippe Wauthier et Simon-Olivier Fecteau cherchaient un nouveau co-animateur, donnant la chance à plusieurs artistes et animateurs de se moquer de leur image, Wauthier n’y est pas allé de main morte.
 

Se disant touché du fait que Radio-Canada lui fasse confiance pour animer seul le gala, Wauthier a lancé qu’avant il était surtout touché par son co-animateur. Yeux écarquillés, bouches bées et malaise palpable dans la salle qui n’osait rire. Par la suite, il a partagé son impression que beaucoup de temps s’était écoulé depuis la dernière fois qu’il avait animé le gala des Gémeaux. « À l’époque, Guylaine Tremblay vendait des voyages et le harcèlement sexuel était une forme de gestion », a-t-il dit. Après quelques piques sur le manque de diversité à l’écran, Jean-Philippe Wauthier a annoncé un gala où il y aurait plus de diversité, plus de parité et moins de Wauthier.
 

Après l’humour féroce, c’est l’émotion qui était au rendez-vous. La voix étranglée, Fabien Cloutier, meilleur premier rôle masculin : série dramatique pour Fait divers, a salué ses fils qui sont plus ouverts d’esprits que certains politiciens.

Acceptant le Gémeaux du meilleur premier rôle féminin : dramatique pour Plan B, Magalie Lépine Blondeau, très émue, a blâmé le fait que Plan B soit la dernière série québécoise originale de Série+ à cause de la décision du CRTC de ne plus soutenir les créateurs d’ici.

Venues présenter le Gémeaux du meilleur premier rôle féminin : comédie, l’auteure Caroline Allard et l’actrice Anick Lemay, toutes deux atteintes d’un cancer du sein, ont reçu une ovation debout. « Quand t’es malade, t’as besoin de fées », ont-elles dit, rejointes aussitôt sur scène par les actrices présentes, avant de remettre le Gémeaux à Sophie Cadieux pour Lâcher prise
 

Plus tard dans la soirée, ce sont des jeunes femmes portant chacune une affiche où l’on pouvait lire « J’étais Fanny », prénom du personnage incarné par Ludivine Reding dans Fugueuse, qui sont venues rejoindre Isabelle Boulay qui chantait pour les victimes d’exploitation sexuelle. 
 

S'il y avait beaucoup d'émotion dans l'air, on ne peut dire qu'il y a eu beaucoup de surprise ni de suspens de cette soirée. En fait, la plus grande surprise fut l’apparition à la toute fin du gala de Mme Chagnon, cette septuagénaire ayant connu son quart d’heure de gloire lors du Grand débat des chefs, à qui Jean-Philippe Wauthier a demandé si elle avait aimé sa soirée : « Pas tellement! », a-t-elle répondu.
 

Après les 52 trophées remis jeudi à la Soirée des artisans et du documentaire, où le Bye Bye 2017 a remporté cinq Gémeaux, et les 56 autres distribués plus tôt dimanche à l’Avant-première, il ne restait plus que 17 prix à remettre au Gala des 33es prix Gémeaux qu’a animé Philippe Wauthier dimanche soir.
 

Au cours de cette soirée, où 14 productions se sont démarquées, Lâcher prise, nommée dix fois, est sortie grande gagnante en ajoutant à son tableau deux autres trophées, soit celui de la meilleure comédie et celui du meilleur premier rôle féminin pour Sophie Cadieux, pour un total de six trophées.
 

À l’Avant-première, la deuxième saison de la comédie Lâcher prise avait remporté quatre Gémeaux, permettant à Sébastien Gagné de repartir avec celui de la meilleure réalisation, à Isabelle Langlois, celui du meilleur texte, à Simon Lacroix, celui du meilleur rôle de soutien masculin et à Sylvie Léonard, celui du meilleur rôle de soutien féminin.

L’an dernier, Lâcher prise s’était aussi classée première au palmarès avec six Gémeaux.


Sacrée meilleure série dramatique annuelle, Unité 9, nommée cinq fois (soit deux fois moins que l’an dernier), se classe bonne deuxième en fiction grâce aux trois autres prix remportés durant l’Avant-première, animée par l’infatigable et imperturbable Anaïs Favron. De fait, Jean-Philippe Duval, Danielle Trottier et Ayisha Issa, l’interprète de la terrifiante Brittany « Bouba » Sizzla, y ont respectivement remporté les Gémeaux de la meilleure réalisation, du meilleur texte et du meilleur rôle de soutien féminin. La populaire série mettant en vedette Guylaine Tremblay tirera sa révérence au printemps.

 

Plan B et District 31 ex aequo
 

Au prix de la meilleure réalisation remporté plus tôt dans l’après-midi par Jean-François Asselin pour Plan B, nommée sept fois, se sont ajoutés ceux de la meilleure série dramatique et du meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique pour Magalie Lépine-Blondeau. La deuxième saison de cette série produite par Louis Morissette aura pour tête d’affiche Sophie Lorain. Il aura fallu sept ans à Morissette et à Asselin pour convaincre que cette série audacieuse avait sa place à la télévision. 
 

En plus de Gildor Roy, récompensé plus tôt dans la journée du Gémeaux du meilleur rôle de soutien masculin dans une série dramatique, la quotidienne de Luc Dionne a vu Vincent-Guillaume Otis repartir avec celui du meilleur premier rôle masculin dans une série dramatique annuelle. Ému, l’acteur, qui a oublié son trophée sur le podium, a remercié Magalie Lépine-Blondeau, dont il sentait la présence après la mort du personnage de celle-ci.
 

Pour couronner le tout, District 31 a reçu le très convoité prix du public Fonds Cogeco. La série affrontait Donnez au suivant, Fugueuse, Hubert et Fanny et O’. Quelques 140 000 spectateurs ont participé à ce vote. 
 

Cumulant neuf nominations, la première saison de la série dramatique Faits divers a gagné deux Gémeaux : celui du meilleur texte pour Joanne Arseneau, remis à l’Avant-première, et celui du meilleur premier rôle masculin dans une série dramatique pour Fabien Cloutier.
 

Nommée huit fois, Boomerang a mérité à Antoine Bertrand le Gémeaux du meilleur premier rôle masculin dans une comédie, tandis que L’heure bleue, nommée deux fois, a valu à Céline Bonnier le prix du meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique annuelle. Tour à tour drôle et touchant, Antoine Bertrand a fait ses remerciements en rimant; il a salué la mémoire de son père et déclaré son amour à sa compagne Catherine-Anne Toupin.

S’adressant aux autres actrices, aux femmes fortes et à ceux qui écrivent pour elles, Céline Bonnier a lancé : « Les filles, je le partage avec vous, je vous admire. On va se le passer cette année! »

 

Variétés et société

Sacrée meilleure série de variétés ou des arts de la scène, En direct de l’univers a fait un trois en trois, Jean-François Blais et France Beaudoin ayant respectivement remporté en après-midi les Gémeaux de la meilleure réalisation série, spéciale de variétés ou arts de la scène et de la meilleure animation série ou spéciale de variétés. « Comme a dit Fabien Cloutier, on est meilleur quand on est heureux sur le plateau », a dit l’animatrice pour remercier l’équipe.
 

Nommée quatre fois, Deuxième chance, animée par Marina Orsini et Patrick Lagacé, s’est classée meilleure série documentaire société. Ce Gémeaux s’ajoute à ceux remportés à l’Avant-première de la meilleure réalisation documentaire (société, histoire et politique — série) pour André St-Pierre et de la meilleure recherche documentaire (série) pour Magalie Chauvin et Julie Paquin. L’émission reviendra à l’hiver 2019.
 

François Morency a remporté le Gémeaux de la meilleure animation d’humour pour le Gala Les Olivier 2017, Paul Arcand, celui de la meilleure animation d’émission ou de série d’entrevues ou de talk-show pour Conversation secrète, et Jean-Marie Lapointe, celui de la meilleure animation d’un magazine d’intérêt public pour Face à la rue. L’animateur a remercié son père Jean Lapointe, qui lui a donné son meilleur conseil en carrière : « Tu as deux oreilles et une bouche, alors écoute deux fois plus tu parles ».

 

Jeunesse et Web

Forte de trois prix gagnés dans l’après-midi (meilleure émission ou série jeunesse : magazine ; meilleure réalisation jeunesse : divertissement/magazine ; meilleure recherche : jeunesse), Cochon dingue a remporté la meilleure animation jeunesse pour Pascal Barriault, Valérie Chevalier, Marilou Morin et Pascal Morrissette.


Enfin, Terreur 404, de Samuel Archibald, William H. Messier et du réalisateur Sébastien Diaz, a été sacrée meilleure émission ou série originale de fiction produite pour les médias numériques. 

Liste des lauréats

- Meilleur premier rôle masculin : série dramatique : Fabien Cloutier (Fait divers

- Meilleur premier rôle féminin : série dramatique : Magalie Lépine-Blondeau (Plan B

- Meilleure animation : jeunesse :  Pascal Barriault, Valérie Chevalier, Marilou Morin et Pascal Morrissette (Cochon dingue

- Meilleur premier rôle féminin : comédie : Sophie Cadieux (Lâcher prise

- Meilleur premier rôle masculin : comédie : Antoine Bertrand (Boomerang

- Meilleure série dramatique annuelle : Unité 9

- Meilleure animation : humour : François Morency (Gala Les Olivier 2017) 

- Meilleure animation : magazine d’intérêt social : Jean-Marie Lapointe (Face à la rue
- Meilleure série de variétés ou des arts de la scène : En direct de l’univers

- Meilleure série documentaire : société : Deuxième chance 

- Meilleure comédie : Lâcher prise 

- Meilleure émission ou série originale produite pour les médias numériques : fiction : Terreur 404 

- Meilleure animation :  émission ou série d’entrevues ou talk-show : Paul Arcand (Conversation secrète

- Prix du public Fonds Cogeco: District 31 

- Meilleur premier rôle masculin : série dramatique annuelle : Vincent-Guillaume Otis (District 31

- Meilleur premier rôle féminin : série dramatique annuelle : Céline Bonnier (L’heure bleue

- Meilleure série dramatique : Plan B 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.