Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine. 
Photo: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine. 
Odile Tremblay

Le chef-d’oeuvre restauré
Je suis allée voir au cinéma du Parc le grand film d’Andreï Tarkovski Andreï Roublev (1966) dans sa version restaurée. Ce chef-d’œuvre de trois heures en plusieurs tableaux, la plupart en noir et blanc, est une leçon de maîtrise du langage cinématographique. Peinture de la Russie médiévale violente et envahie par les Tatars, le film dur et poétique constitue une réflexion sur l’art et la foi, à travers le regard du héros, moine et peintre d’icônes en traversée de pays. À Moscou, la galerie Tretiakov expose des icônes de Roublev et on les admire en évoquant le film, le souffle coupé.


Caroline Montpetit

L’effet vacances de Ian Rankin
Difficile de quitter un roman policier avant d’en connaître le punch. Les nouvelles policières ont quant à elles l’avantage de nous emmener rapidement au but, titillant plutôt l’envie d’enfiler la suivante. C’est ce que promet The Beat Goes On, volumineux recueil d’enquêtes du détective Rebus, inventé par le maître du polar britannique Ian Rankin. Ces nouvelles, traduites en français aux Éditions du Masque, suivent John Rebus au fil des affaires qui lui sont confiées, jusque dans les moindres recoins d’Édimbourg, sa ville chérie. Une douce manière de prolonger l’effet vacances jusque dans les chaleurs de septembre.


Stéphane Baillargeon

En orbite
First Man de Damien Chazel (La La Land), racontant la vie du premier humain à avoir mis le pied sur la Lune, soit Neil Armstrong (joué par Ryan Gosling), ouvrait cette semaine la 75e Mostra de Venise. Le film biographique atterrira forcément ici assez tôt. On peut s’y préparer en lisant l’excellente biographie autorisée Le premier homme (Michel Lafon) de James R. Hansen, qui a inspiré le film. On peut aussi plonger dans les documents multimédias de la mission Apollo 11 mis en ligne par la NASA (hq.nasa.gov). Jusqu’à l’historique déclaration (« A small step for a man… »)...


Amélie Gaudreau

De chenille à papillon
C’est l’été de tous les dangers pour Alix, 21 ans, qui vient de se faire mettre à la porte de la maison familiale, avec pour seuls bagages les vêtements «mous» qu’elle a sur le dos… Un été où pullulent d’étranges chenilles dans sa ville anonyme de région, qu’elle espère pouvoir enfin fuir avec son amie Bibi. Des parfums estivaux et des effluves de liberté émanent de la websérie Le temps des chenilles (tv5.ca), de la réalisatrice et scénariste Catherine White. La formidable Karelle Tremblay (Corbo, Les êtres chers) donne des ailes à cette comédie dramatique dont on attend la suite cet automne.