«Ti-Gars»: le parcours du combattant

Le parcours de Vincent Lamarre est parsemé d’épreuves parfois douloureuses qui paraissent insurmontables.
Photo: RDI Le parcours de Vincent Lamarre est parsemé d’épreuves parfois douloureuses qui paraissent insurmontables.

Documentaire de Doris Buttignol, Ti-Gars raconte le cheminement du caporal Vincent Lamarre, né Virginie. Reconnu comme homme à l’état civil depuis près de deux, Lamarre préférait, bien avant d’entreprendre sa transition, le sobriquet « Ti-Gars » au prénom que ses parents lui avaient donné à sa naissance. Dès son plus jeune âge, Virginie savait au fond d’elle-même qu’elle n’était pas née dans le bon corps. À l’adolescence, lorsque des filles la prenaient pour un garçon, elle jouait le jeu et prétendait s’appeler Vince.

Au fil des années, ce jeu ne suffisait plus. Virginie se sentait de plus en plus mal dans sa peau, allant jusqu’à souhaiter mourir lors d’une mission en Afghanistan. Heureusement, la jeune femme a pu compter sur la compréhension de ses supérieurs immédiats et, surtout, sur le soutien et l’amour inconditionnel de sa famille.

Alors que les services médicaux des Forces armées canadiennes ont pris en charge le processus de changement de sexe, Virginie a pu devenir Vincent. Ponctué d’extraits du journal vidéo de Vincent, grâce auquel on découvre les différentes étapes de sa transformation, Ti-Gars s’avère un portrait inspirant et positif d’un jeune transsexuel. Si la réalisatrice fait la part belle aux conversations entre Vincent et ses proches, où fusent fous rires, questions directes et réponses franches, elle ne néglige pas pour autant de rappeler que le parcours du combattant est parsemé d’épreuves parfois douloureuses qui paraissent insurmontables.

Les grands reportages : Ti-Gars

RDI, jeudi, 20 h