«Sur son cheval de feu»: la grâce et la puissance d’un pur-sang

Quiconque a vu danser Louise Lecavalier n’a pu qu’être ébloui par sa présence magnétique, par sa musicalité frénétique et par sa grâce atypique.
Photo: Filmoption Quiconque a vu danser Louise Lecavalier n’a pu qu’être ébloui par sa présence magnétique, par sa musicalité frénétique et par sa grâce atypique.

Les lundis soirs, à Artv, on célèbre la culture en proposant des documentaires sur des artistes issus de différents milieux. Et ce, dans leur version intégrale et non dans leur format réduit de 52 minutes pour la télévision. Lundi, la chaîne culturelle de Radio-Canada diffuse un documentaire hypnotique sur l’une des figures incontournables de la danse, tant ici qu’à l’international.

Quiconque a vu danser Louise Lecavalier n’a pu qu’être ébloui par sa présence magnétique, par sa musicalité frénétique et par sa grâce atypique. La danseuse et chorégraphe fait l’objet d’un hommage explorant la richesse et la complexité de son art. Avec une touchante modestie, l’ex-muse d’Édouard Lock et danseuse étoile de La La La Human Steps livre les moments forts et difficiles de sa carrière dans ce superbe portrait de Raymond St-Jean (Une chaise pour un ange).

Si ses propos, jumelés à ceux d’amis danseurs, dont ceux, émouvants, de Marc Béland, dont le duo no 1 de La La La Human Sex a magnifiquement été immortalisé par Bernar Hébert, séduisent par leur chaleureuse simplicité, c’est lorsque que la caméra de Jean-François Lord met en lumière la danse que le film prend tout son sens. Par sa mise en scène favorisant les plans larges, les ralentis judicieux et les mouvements subtils de caméra, le directeur photo (lauréat d’un Genie pour Snow Ashes, de Charles-Olivier Michaud) révèle la finesse et la fulgurance de la gestuelle de cette artiste incomparable tout en en préservant le mystère. Fascinant.

Louise Lecavalier. Sur son cheval de feu

Artv, lundi, 20 h