«Origines: l'histoire de l'humanité»: moteurs de civilisation

On ne lésine pas sur les effets pyrotechniques dans ce premier épisode consacré au feu.
Photo: ICI Explora On ne lésine pas sur les effets pyrotechniques dans ce premier épisode consacré au feu.

Raconter l’humanité par sa « flamme inextinguible de créer et de conquérir ». Voilà qui résume l’essence d’Origines : l’histoire de l’humanité, une série hyperbolique en huit épisodes pétaradants produite par National Geographic et repiquée par ICI Explora. Sous ses airs conquérants, le fil narratif retenu ici est traversé de doutes et de bémols qui rachètent, du moins en partie, ses envolées quasi mégalomanes.

On ne lésine pas sur les effets pyrotechniques dans ce premier épisode consacré au feu. Les reconstitutions sont extrêmement léchées, certaines même spectaculaires. Clairement inspirées des séries cultes comme Vikings, Rome, ou Le trône de fer, ces dernières pèchent néanmoins par excès de maniérisme.

Le tout reste globalement cohérent et rigoureux. Certains segments offrent plus de réflexion que d’autres, dont celui sur le grand incendie ayant dévasté les quatre cinquièmes de Londres en 1666. La reconstruction de la ville deviendra le moteur du Siècle des lumières, préparant la voie à un urbanisme qui changera une fois de plus la face du monde.

À l’animation, Jason Silva rivalise de surenchère pour raconter autrement une histoire vieille comme le monde à travers des prismes aussi divers que le feu, l’argent, la guerre ou l’architecture. Solidement entouré de spécialistes, dont des historiens, des archéologues et des sociologues, ce dernier tranche dans le vif avec, au surplus, un sens de la formule bien de son temps.

Origines : l’histoire de l’humanité

Jeudi, ICI Explora, 21 h