«L’improbable histoire des toilettes»: la grande histoire du petit coin

Ce documentaire, moins léger qu’il en a l’air, rappelle que l’heure est grave.
Photo: Télé-Québec Ce documentaire, moins léger qu’il en a l’air, rappelle que l’heure est grave.

De grâce, ne vous laissez pas rebuter par le sujet ! Comme le prouve le poète gallois Ifor ap Glyn dans ce documentaire datant de 2012, L’improbable histoire des toilettes, de Nick Watts, la déjection peut être un sujet absolument fascinant.

Après tout, depuis les temps ancestraux où l’on se contentait d’enterrer le tout ni vu ni connu jusqu’aux toilettes japonaises à la fine pointe de la technologie, en passant par les latrines de la Rome antique, l’homme n’a-t-il jamais cessé de se creuser les méninges pour créer des lieux d’aisance agréables pour tous ? Sans oublier le papier hygiénique, sans lequel on en serait encore à s’essuyer le popotin avec une plume, un coquillage ou un épi de maïs…

Or, depuis le XVIIIe siècle, où sont enfin apparues les toilettes avec cuvette et système d’évacuation, ce qui était beaucoup plus pratique que ces chaises percées situées dans les garde-robes — d’où l’appellation « toilettes » — pratiquées dans les remparts au Moyen Âge, le trône n’a guère évolué. Outre le fait que 4,5 millions d’êtres humains soient encore privés d’installations hygiéniques, les condamnant à vivre dans des conditions insalubres, ce documentaire, moins léger qu’il en a l’air, rappelle que l’heure est grave.

De fait, ne serait-il pas temps d’inventer un système où l’on ne serait pas obligé de gaspiller des litres d’eau potable et où l’on pourrait recycler en énergie ce qu’on y excrète ? Pensez-y la prochaine fois que vous tirerez la chasse.

L’improbable histoire des toilettes (V.F. de The Toilet, an Unspoken History)

Télé-Québec, lundi, 20 h