«Le régent, un libertin sur le trône de France»: la vraie nature du régent

Malgré ses mœurs décadentes, Philippe d’Orléans connut contre toute attente l’un des règnes les moins compliqués de l’histoire de France.
Photo: TV5 Malgré ses mœurs décadentes, Philippe d’Orléans connut contre toute attente l’un des règnes les moins compliqués de l’histoire de France.

Grand défenseur du patrimoine français devant l’Éternel, l’animateur et journaliste Stéphane Bern propose avec cet enthousiasme qui est sa marque de commerce un portrait de Philippe d’Orléans, celui-là même qui assura la régence jusqu’à ce que son cousin Louis XV le bien-aimé atteignît l’âge de 14 ans. À l’instar de son père, Philippe de France, dit Monsieur, le régent était un libertin à la réputation sulfureuse. Or, selon les historiens témoignant dans cet épisode de la série documentaire Secret d’histoires, ce neveu du Roi-Soleil, que l’on soupçonna à tort d’avoir empoisonné quelques prétendants au trône de France, était bien plus que cela.

En 1715, lorsque son arrière-grand-père Louis XIV meurt, après un long règne de 72 ans, Louis XV n’a que cinq ans. Comme dicté dans le testament du défunt roi, la régence est alors remise entre les mains de Philippe d’Orléans. Formé par l’ambitieux abbé Dubois, Philippe d’Orléans s’intéresse autant à la science qu’aux arts et à la politique.

Avant d’être nommé régent, c’est un homme qui multiplie les conquêtes féminines et s’adonne à de petits soupers entre amis, lesquels se terminent la plupart du temps en orgies. Une fois au pouvoir, le frivole régent parvient à mettre fin à la guerre contre l’Espagne, à renflouer les coffres de l’État et à contribuer à l’essor du commerce extérieur grâce à ses idées pragmatiques et d’avant-garde. Malgré ses mœurs décadentes, Philippe d’Orléans connut contre toute attente l’un des règnes les moins compliqués de l’histoire de France.

Secrets d’histoire. Le régent, un libertin sur le trône de France.

TV5, lundi, 20 h