«Game of Thrones» et Netflix partent en tête aux Emmys

La série «Game of Thrones», qui ne s’était pas qualifiée l’an dernier, est nommée 22 fois aux Emmys cette année.
Photo: HBO via Associated Press La série «Game of Thrones», qui ne s’était pas qualifiée l’an dernier, est nommée 22 fois aux Emmys cette année.

La série Game of Thrones de la chaîne HBO et la plateforme Netflix ont pris jeudi la tête de la course aux Emmy Awards, les Oscar de la télévision américaine, qui seront décernés en septembre.

La série fantastico-médiévale de la chaîne HBO, déjà primée 38 fois en six saisons, mais qui ne se qualifiait pas l’an dernier pour des raisons de calendrier, a fait un retour en force en décrochant 22 nominations, y compris une pour la meilleure série dramatique.

La saga de familles nobles pour le trône de fer arrive ainsi juste devant Saturday Night Live, l’émission de sketchs satiriques la plus ancienne de la télévision américaine, et la série Westworld, également sur HBO, qui suivent immédiatement derrière avec 21 nominations chacune.

La bataille pour le très prestigieux Emmy de meilleure série dramatique devrait maintenant se jouer entre la 7e saison de Game of Thrones et la deuxième livraison de la série tirée du roman cauchemardesque de Margaret Atwood La servante écarlate.

Diffusée sur la plateforme Hulu et couronnée du Emmy de la meilleure série dramatique l’an dernier, La servante écarlate, qui imagine des États-Unis soumis à un gouvernement totalitaire ramenant les femmes au rang d’esclaves, est une rivale féroce avec 20 nominations.

« La croissance continue du secteur permet à de nouveaux programmes d’émerger, tout en permettant à des programmes phares de la saison passée de prospérer », a affirmé Hayma Washington, qui préside l’Académie de la télévision américaine.

Pourtant, les émissions ou séries vraiment nouvelles étaient rares cette année. The Assassination of Gianni Versace, série sur l’assassinat de Gianni Versace, était l’une des rares à constituer une véritable nouveauté.

Diffusée sur FX, cette série réalisée par les auteurs de la série The People vs. O.J. Simpson (2016), sur le procès d’O.J. Simpson, qui avait polarisé l’Amérique, a décroché 18 nominations.

Conformément aux attentes, elle a dominé les nominations pour les meilleurs acteurs et meilleures actrices dans une minisérie, avec Darren Criss, Penélope Cruz, Edgar Ramirez et Ricky Martin tous nommés.

Dans la catégorie comédie, la série Veep de HBO étant inéligible cette année, c’est la série Atlanta de FX qui domine avec 16 nominations.

La machine Netflix

Outre Game of Thrones, l’autre grand gagnant de ces nominations aura été la plateforme Netflix, qui a confirmé sa formidable ascension et son rôle désormais moteur dans la production télévisuelle.

Le service de streaming a mis fin à 17 années de domination de HBO, en remportant 112 nominations, le maximum atteint cette année.

HBO était deuxième avec 108, tandis que NB arrivait loin derrière avec 78.

Cette démonstration de force de Netflix est survenue alors même que la plateforme n’est à l’origine d’aucune des émissions ou séries vedettes de cette saison.

La seule série de la plateforme à figurer au « top 10 » est The Crown, avec 13 nominations et l’actrice Claire Foy en vedette. La « victoire » de Netflix, qui a dépensé des fortunes ces derniers mois pour débaucher des producteurs de renom, vient du simple volume produit par la plateforme, qui fait aussi bien des séries que des films pour le cinéma, des documentaires, des sketchs de one man show ou de la télé-réalité.

« Nous sommes particulièrement enthousiastes de voir l’éventail de nos programmes célébré par ces nominations, réparties sur 40 titres, nouveaux ou récurrents, qui témoignent de la variété de notre programmation », a ainsi souligné après l’annonce des nominations Ted Sarandos, responsable des contenus de Netflix.

Petite touche politique à ces nominations : l’humoriste Samantha Bee, critiquée pour avoir insulté récemment la fille du président, obtient l’absolution d’Hollywood par le biais d’une nomination pour son émission Full Frontal.

Et la série Roseanne, que la chaîne ABC a arrêtée en juin après un tweet raciste de sa star pro-Trump Roseanne Barr, a malgré tout décroché deux nominations, dont une pour l’actrice Laurie Metcalf, qui campait la soeur de Roseanne dans l’émission.

Les nominations de jeudi résultent d’une sélection effectuée par quelque 25 000 membres de la Television Academy, qui ont passé deux semaines en juin à visionner plus de 9000 séries et émissions candidates.

Les vainqueurs des Emmys seront annoncés le 17 septembre lors d’une cérémonie présidée par les acteurs de Saturday Night Live Colin Jost et Michael Che.

Les poids lourds

  • 22 nominations pour Game of Thrones
  • 21 pour Saturday Night Live
  • 21 pour Westworld
  • 20 pour The Handmaid’s Tale: La servante écarlate
  • 18 pour The Assasination of Gianni Versace
  • 16 pour Atlanta
  • 14 pour The Marvelous Mrs. Maisel