Sur vos écrans: il fait beau dans le métro

Dans le documentaire «Dans les coulisses du métro de Paris», on raconte comment le métro, qui comporte aujourd’hui 14 lignes et 302 stations, s’est développé au fil des décennies.
Photo: Télé-Québec Dans le documentaire «Dans les coulisses du métro de Paris», on raconte comment le métro, qui comporte aujourd’hui 14 lignes et 302 stations, s’est développé au fil des décennies.

La fabuleuse histoire du métro de Paris

Inauguré le 19 juillet en 1900 pour l’Exposition universelle, conçu par Fulgence Bienvenüe (qui a donné son nom à la station Montparnasse-Bienvenüe), le métro de Paris a depuis connu bien des transformations, tout en préservant son charme d’antan. Dans ce documentaire écrit et réalisé par Jean-François Méplon, on raconte à l’aide de photos d’époque, d’extraits d’archives et de propos d’historiens et d’ingénieurs comment le métro, qui comporte aujourd’hui 14 lignes et 302 stations, s’est développé au fil des décennies. Et ce n’est pas fini ! Alors que les lignes s’allongent afin de répondre aux besoins des deux milliards de passagers qui les empruntent chaque année, on projette de construire une quinzième ligne en périphérie de Paris afin de désengorger le réseau. Un documentaire fascinant pour les passionnés d’histoire et d’ingénierie.

Dans les coulisses du métro de Paris
Télé-Québec, mercredi, 20 h

 
 

Le retour

Photo: ICI Radio-Canada Scène tirée de «Disparition»

L’inspecteur français Julien Baptiste (Tchéky Karyo) est de retour dans la seconde saison de la série britannique d’anthologie Disparition (V.F. de The Missing). Ayant enquêté en 2013 sur la disparition d’une jeune Française (Eulalie Trillet), l’inspecteur est surpris d’apprendre qu’une jeune Anglaise (Abigail Hardingham), réapparue en Allemagne en 2014, 11 ans après sa disparition, pourrait bien détenir des indices sur l’endroit où serait détenue la première. Deux ans plus tard, Julien Baptiste se retrouve en Irak à la poursuite du kidnappeur.

Disparition – saison 2
Radio-Canada, vendredi, 21 h et Tou.tv Extra

 
 

Les sacrifiés

Photo: PBS Scène tirée de «The Workers Cup»

Premier long métrage documentaire d’Adam Sobel, The Workers Cup ne vous fera plus voir la Coupe du monde du même œil. Et pour cause ! Alors qu’on y découvre les impressionnants stades où se déroulera la Coupe du monde de 2022, Adam Sobel donne la parole à de modestes travailleurs recrutés en Afrique et en Asie. Privés de leur passeport à leur arrivée au Qatar, ceux-ci dévoilent sans détour comment ils y sont exploités sans vergogne. Leur seul espoir : être remarqués lors du tournoi de soccer créé par les organisateurs du Mondial pour les travailleurs.

The Workers Cup
PBS, lundi, 22 h

Le visionnement en continu de la semaine

Il y a eu les bandes dessinées de Dav Pilkey, le film d’animation de David Soren l’an dernier, et maintenant il y a Les aventures épiques du capitaine Bobette (V.F. de The Epic Tales of Captain Underpants) sur Netflix. Mettant en scène deux garçons de dix ans à l’imagination débordante, Harold et George, cette série de dessins animés produite par Dreamworks pour un très jeune public friand de blagues de pet raconte les péripéties d’un improbable superhéros, le capitaine Bobette. Mais qui est donc ce surhomme lourdaud en sous-vêtements ? Nul autre que le sévère directeur de l’école qu’Harold et George ont convaincu, grâce à l’hypnose, qu’il était l’incarnation du héros de leur bande dessinée. Tralala !

 

Les aventures épiques du capitaine Bobette
Netflix, dès vendredi

Y’en aura pas de facile

La websérie Écrivain public, inspirée du roman éponyme de Michel Duchesne, raconte le quotidien d’un centre communautaire d’un quartier défavorisé de la métropole à travers le regard d’un « écrivain public » qui vient en aide aux « mal pris » du coin qui fréquentent ce lieu et qui espèrent améliorer leur sort. Les deux saisons de cette fiction sociale fort réussie mettant en vedette Emmanuel Schwartz dans le rôle-titre sont diffusées en format télévisuel traditionnel. Une belle occasion de la découvrir.

 

Écrivain public
UNIS, mercredi, 21 h 30, rediffusion vendredi, 22 h. Toujours en ligne à tv5.ca.

Amélie Gaudreau Le Devoir