«Man in an Orange Shirt»: l’amour en deux temps

La série raconte, à 60 ans d’intervalle, deux histoires d’amour entre hommes.
Photo: PBS La série raconte, à 60 ans d’intervalle, deux histoires d’amour entre hommes.

Afin de célébrer le mois de la fierté LGBTQ, PBS présente en une soirée les deux épisodes d’une série issue de la programmation Gay Britannia de BBC, créée en 2017 pour marquer le 50e anniversaire de la dépénalisation de l’homosexualité en Angleterre et au pays de Galles.

S’inspirant librement de l’histoire de ses parents, le romancier Patrick Gale signe son premier scénario en solo, Man in an Orange Shirt, où il raconte, à 60 ans d’intervalle, deux histoires d’amour entre hommes. Réalisée non sans élégance mais de manière assez conventionnelle par Michael Samuels, cette série raconte en un premier temps la romance interdite entre Michael (Oliver Jackson-Cohen), fiancé à son amie d’enfance Flora (Joanna Vanderham), et Thomas (James McArdle) au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Dans le second épisode, on retrouve Flora, interprétée par la grande et trop rare Vanessa Redgrave, dont l’homosexualité de son petit-fils Adam (Julian Morris) lui rappelle douloureusement celle de son défunt mari. Accro aux applications de rencontres, Adam est pour sa part troublé par sa rencontre avec Steve (David Gyasi), en couple ouvert avec Caspar (Julian Sands).

Si la première partie, de loin la plus émouvante, témoigne avec force du long chemin parcouru, le second volet, où le personnage vit discrètement son homosexualité, rappelle cruellement que tout n’est pas réglé. À travers l’évolution de l’homophobie de Flora s’incarnent l’ignorance et l’étroitesse d’esprit d’une société rigide qui se départ lentement mais sûrement de principes totalement dépassés. En somme, une série porteuse d’espoir.

Man in an Orange Shirt

PBS, dimanche, 21 h