«1306»: nouvelle adresse

Stéphane-R. Tremblay, monteur et réalisateur de séries documentaires pour la télévision pendant une vingtaine d’années, la romancière Natasha Beaulieu et Anneke Munita Ihle, scénariste et réalisatrice, se sont connus à l’INIS.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Stéphane-R. Tremblay, monteur et réalisateur de séries documentaires pour la télévision pendant une vingtaine d’années, la romancière Natasha Beaulieu et Anneke Munita Ihle, scénariste et réalisatrice, se sont connus à l’INIS.

La romancière Natasha Beaulieu (trilogie Les cités intérieures, Alire), Stéphane-R. Tremblay, monteur et réalisateur de séries documentaires pour la télévision pendant une vingtaine d’années, et Anneke Munita Ihle, scénariste et réalisatrice chilienne établie au Québec depuis trois ans, se sont connus à l’INIS au programme Écriture d’une série de fiction.

Grâce à Véronique Marino, directrice du programme Médias interactifs et jeux vidéo à l’INIS, ils ont découvert toutes les possibilités que leur offraient les différentes plateformes et, surtout, l’envie d’explorer ces nouveaux territoires en s’amusant. Parmi leurs découvertes, la série anglaise Shield 5 sur Instagram a été plus que déterminante.

« On avait envie de faire des courts métrages ensemble en sortant de l’INIS et Anneke est arrivée avec l’idée de faire notre projet sur Instagram », se souvient Stéphane-R. Tremblay. C’est un laboratoire formidable, mais ça me sortait de ma zone de confort. Dans les premiers essais, je trouvais ça super contraignant parce qu’on devait scénariser des scènes de 15 secondes. Ensuite, la limite est passée à une minute. »


Navet ou chef d'oeuvre? La réponse de Manon Dumais

 

 

« La structure narrative de Shield5 nous a beaucoup attirés. Comme scénaristes, Instagram est une plateforme qui est facile à utiliser, où l’on peut laisser libre cours à notre créativité », poursuit Anneke Munita Ihle.

« On a la liberté de création », renchérit Natasha Beaulieu. Il n’y a aucune contrainte, personne ne nous dit quoi faire. On peut ajouter des photos, des bouts de films, des annonces à sa création pour ajouter au suspense de la série. C’est accessible à beaucoup de gens, qui ne sont pas obligés d’aller au cinéma pour voir quelque chose. C’était aussi une manière de faire notre propre promotion ; on se disait qu’en faisant quelque chose de visuel, on allait faire connaître notre style, nos ambiances. »

Carte de visite

Profitant du fait que Natasha Beaulieu allait déménager sur une longue période de temps, tous trois ont eu l’idée d’une « instasérie » de genre se déclinant en trois parties et campée dans le même appartement. Comportant 16 mini-épisodes, 1306 met ainsi en scène trois locataires qui vivront des bouleversements en emménageant chacun leur tour à l’appartement 1306.

« Chacun écrit son histoire et ensuite on se raconte nos histoires, on se donne des conseils, mais on respecte toujours le style que chacun a. On est à la fois similaires et différents, chacun a son propre style et c’est pour ça qu’on aime travailler ensemble », explique Anneke Munita Ihle.

Dans « L’intruse », où Natasha Beaulieu transpose son univers noir, une mystérieuse femme poursuivie par des tueurs (Amély Therien Tremblay) aide le nouveau locataire du 1306 (Nicolas Van Schendel) à se transformer en femme. Fable violente et comique de Stéphane-R. Tremblay, « L’oeil du cyclone » met en scène une femme (Julie Lavergne) qui se retrouve face à son ennemie jurée (Josée Martin). À travers le filtre du réalisme magique, Anneke Munita Ihle raconte dans « Pizza » une histoire d’amour classique où une jeune femme (Nadine Brière) voit son plan de partir à Vancouver chamboulé par l’arrivée d’un livreur de pizza au coeur tendre (Cédric Bérard-Patry).

Chaque jour, à midi, un nouvel épisode de 1306 est disponible sur Instagram : « Le défi, c’est de laisser la personne en suspens et lui donner le goût de revenir le lendemain », confie Natasha Beaulieu.

Si les trois créateurs aiment bien l’idée d’être des pionniers et ont du plaisir à concevoir la première série québécoise sur Instagram, ils n’ont pu compter que sur une équipe de tournage réduite, sur l’enthousiasme des acteurs, qui ont accepté de travailler bénévolement, et sur le soutien de l’INIS, qui leur a prêté l’équipement. « C’est un peu un saut dans le vide qu’on fait sur Instagram. On n’avait certainement pas une visée de revenus avec ça. On l’a payée de notre poche, cette série », confirme Stéphane-R. Tremblay.

Malgré tout, le trio ne baisse pas les bras et a bien hâte d’obtenir du financement pour tourner son anthologie de neuf courts métrages ayant pour thème le cadeau à différentes étapes de la vie. Il évoque même une autre série Instagram qui serait « moins léchée et plus spontanée », sans fermer la porte à une suite à 1306.

« On aime raconter des histoires, on aime faire des séries parce que ça nous permet de poursuivre nos histoires, d’aller plus loin dans l’exploration de nos personnages. Chaque histoire de 1306 a sa finale, mais on pourrait tout de même poursuivre la série avec d’autres locataires », conclut Anneke Munita Ihle.

Vous avez quelques minutes?

Shield 5 (Angleterre, 2016). Première série Instagram de fiction, ce thriller, du scénariste Adam Dewar et du réalisateur Anthony Wilcox, raconte en 28 « minisodes » de 15 secondes le drame d’un chauffeur de sécurité (Christian Cooke) injustement soupçonné d’avoir causé la mort d’un collègue lors du vol d’un diamant.

@TheRealAssistant (États-Unis, 2017). Dans cette comédie de quatre minutes en format vertical de la scénariste Laura Willcox et du réalisateur Matt Enlow, une jeune fille naïve (Adrienne Rose White) devient l’assistante d’une détestable star des réseaux sociaux (Madeleine Byrne).

#insocial (États-Unis, 2018). Maggie (Adrienne Lovette) et Bernard (David Rispoli) sont accros à leur téléphone. Au cours d’une thérapie de groupe, ils doivent apprendre à communiquer sans intermédiaire. Une comédie de sept épisodes de moins d’une minute écrite par les deux vedettes et réalisée par Alec et Ryan Balas.

1306

Un nouvel épisode chaque jour à midi. « L’intruse » de Natasha Beaulieu, depuis le 11 juin. « L’oeil du cyclone » de Stéphane-R. Tremblay, à partir du 18 juin. « Pizza » d’Anneke Munita Ihle, à partir du 26 juin.