Artis 2018: deux prix pour Magalie Lépine-Blondeau, Charles Lafortune et Gildor Roy

L'actrice Magalie-Lépine Blondeau a remporté l’Artis du meilleur rôle féminin dans une série dramatique annuelle, en plus d'être élue personnalité de l'année. 
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L'actrice Magalie-Lépine Blondeau a remporté l’Artis du meilleur rôle féminin dans une série dramatique annuelle, en plus d'être élue personnalité de l'année. 

Dimanche soir, en direct du théâtre Denise-Pelletier, sur les ondes de TVA, s’est déroulée la 33e édition d’Artis. Maripier Morin, première femme à tenir la barre de ce gala en 16 ans, et Jean-Philippe Dion, qui en connaît bien le tapis rouge et les coulisses, ont animé en toute convivialité cette célébration glamour couronnant les vedettes préférées du public.

Placé sous le signe de l’amour, le gala Artis, le premier de l’ère post-Salvail (ce qui a changé la donne dans quelques catégories), devait faire la part belle aux femmes. Sont apparues Martine St-Clair et Marie-Ève Janvier pour chanter Y a de l’amour dans l’air et Je t’aime, tandis que les artistes s’envoyaient les uns aux autres du « love ». Est alors entré en scène Patrice Michaud pour interpréter son succès Mécanique générale. S’est ensuivie une distribution de barbe à papa rose… Et une pléthore d’artistes, dont Alex Nevski et Yama, pour chanter l’amour dans les deux langues. Même les animateurs ont poussé la note en compagnie de Gilles Girard des Classels.

Or, même si le thème de la soirée était celui de l’égalité et qu’Ariane Moffatt y est allée d’une interprétation sentie de What About Us de Pink lors de la présentation des finalistes de la catégorie Personnalité féminine, dans les huit catégories « non genrées », totalisant la moitié des catégories, une seule femme a été couronnée, soit Sarah-Jeanne Labrosse (Le chalet), choisie pour la troisième année de suite meilleure artiste d’émissions jeunesse.

Élus personnalités féminine et masculine de l’année, Magalie Lépine Blondeau (District 31) et Charles Lafortune (La voix, La voix junior, Lâchés lousses) ont aussi respectivement remporté l’Artis du meilleur rôle féminin dans une série dramatique annuelle et l’Artis du meilleur animateur d’émissions de variétés ou de divertissement. « Pas préparée et un peu chaude » en fin de gala, l’actrice a remercié sa mère qui lui a fait connaître son premier coup de foudre en l’emmenant au théâtre de Chaillot à Paris.

Il s’agissait des deux premiers prix Artis pour l’interprète de l’inoubliable sergente-détective Nadine Legrand, tandis que l’animateur en avait déjà huit à son actif, dont trois Artis de la personnalité masculine de l’année. Faisant référence à une jeune femme trisomique ayant perdu son emploi, Charles Lafortune a profité de l’occasion pour saluer les entreprises qui embauchent les gens différents : « N’ayez pas peur de la différence. »

Détenteur de deux prix Métrostar (2002, 2003) et fort de trois mises en nomination, l’acteur Gildor Roy s’est également imposé à deux reprises dans le coeur du public en repartant avec les trophées du meilleur rôle masculin dans une comédie (Lâcher prise) et du meilleur rôle masculin dans une série dramatique annuelle (District 31). « Ça n’a aucun sens… a-t-il dit. Bravo aux autres acteurs, c’est impressionnant de vous battre ! Comme dirait Marc Messier, merci de penser aux vieux. »

Un peu de sang neuf

En tête des nominations avec la série quotidienne de Luc Dionne, la percutante série Fugueuse a vu son actrice étoile, Ludivine Reding, remporter l’Artis du meilleur rôle féminin dans une série dramatique saisonnière. Tremblante d’émotion, elle a dédié son prix à toutes les Fanny (filles et garçons) et a demandé que l’on cesse de juger et de traiter les prostituées comme des criminelles. Il s’agissait d’une première nomination aux Artis pour la jeune comédienne ; outre l’interprète de Fanny, Pier-Luc Funk (Le chalet), Fabien Cloutier (Les pays d’en haut, Fait divers) et Sophie Desmarais (L’imposteur) étaient les rares artistes à s’y retrouver pour la première fois en nomination.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La percutante série «Fugueuse» a vu son actrice étoile, Ludivine Reding, remporter l’Artis du meilleur rôle féminin dans une série dramatique saisonnière.

L’excellente série L’imposteur a permis à Marc-André Grondin de remporter une seconde fois le prix du meilleur rôle masculin dans une série dramatique saisonnière. Fête des Mères oblige, l’interprète de Yuri/Philippe, ému, a salué sa mère, qui a fait beaucoup de sacrifices pour qu’il se rende où il est maintenant et qui a passé une année difficile – rappelons que le père de l’acteur, l’animateur Denis Grondin, est décédé l’an dernier. D’autres artistes ont aussi salué leur mère, dont Gino Chouinard, qui a promis de lui remettre sa statuette, et Sarah-Jeanne Labrosse, qui s’est adressée à la sienne comme elle s’adresse aux jeunes : « Aie confiance en toi. » Par ailleurs, les choristes de Céline Dion, Dawn Cumberbatch et Barney Valsaint, ont interprété Toutes les mamas, chanson popularisée par la regrettée Maurane.

Artis incontournables

Si la gloire peut être éphémère, certaines personnalités parviennent à s’installer pour longtemps dans le coeur du public. Ainsi, malgré les mauvaises critiques d’En tout cas, qui revient l’an prochain, la bien-aimée Guylaine Tremblay a réussi à mettre le grappin sur le prix du meilleur rôle féminin dans une comédie. Ce prix s’ajoute à la collection de 21 Métrostar/Artis de l’actrice, sacrée 10 fois personnalité de l’année : « Je ne m’y attendais pas », a-t-elle avoué, touchée, avant de saluer sa mère, « la femme la plus drôle que je connais ».

Pour la 18e fois, Pierre Bruneau (TVA Nouvelles) a récolté le prix du meilleur animateur de bulletins de nouvelles : « Merci pour tant d’années d’amour, de confiance et de fidélité. » Sans surprise, Gino Chouinard (Salut Bonjour) a mis la main sur son 11e prix Artis du meilleur animateur d’émissions de services – le premier trempé dans le chocolat. Guy A. Lepage (Tout le monde en parle) n’est pas en reste puisqu’il a remporté son 8e trophée dans la catégorie meilleur animateur de magazines culturels et talk-shows – l’animateur, couronné deux fois personnalité de l’année, possède au total 12 Métrostar/Artis. « Déjà d’être en nomination, c’est un privilège. De gagner, c’est un petit gâteau de plus… Gildor, lui, il a eu la crème fouettée », a dit ce fier natif de Hochelaga-Maisonneuve.

Pour une septième année de suite, Dave Morissette (Dave Morissette en direct, Destination Coupe Stanley) est reparti avec l’Artis du meilleur animateur d’émissions de sports. Animateur des deux précédentes éditions de la soirée Artis, détenteur de quatre prix Artis, Guy Jodoin (Le tricheur) s’est distingué en récoltant le trophée du meilleur animateur d’émissions de jeux. L’animateur a profité de l’occasion pour annoncer la huitième saison de ce jeu 100 % québécois. L’ayant remporté en 2011 et 2012, Charles Tisseyre (Découverte) s’est vu remettre le prix du meilleur animateur d’émissions d’affaires publiques.

À défaut de réellement innover, le gala Artis s’est démarqué une fois de plus par la fidélité de son public. Visiblement soulagés du bon déroulement de cette soirée sans scandales ni grands malaises (à part le segment « tam-tam cam »), Maripier Morin et Jean-Philippe Dion ont conclu la soirée en s’écriant : « On s’est donné de l’amour ... Et on était consentants ! »

Liste complète des lauréats :

  • Animateur/animatrice de bulletins de nouvelles Pierre Bruneau (TVA Nouvelles)
  • Animateur/animatrice d’émissions d’affaires publiques Charles Tisseyre (Découverte)
  • Animateur/animatrice d’émissions de services Gino Chouinard (Salut Bonjour)
  • Animateur/animatrice d’émissions de variétés ou de divertissement Charles Lafortune (La voix, La voix junior, Lâchés lousses)
  • Animateur/animatrice de magazines culturels et talk-shows Guy A. Lepage (Tout le monde en parle)
  • Rôle masculin/comédies Gildor Roy (Lâcher prise)
  • Rôle féminin/comédies Guylaine Tremblay (En tout cas)
  • Animateur/animatrice d’émissions de jeux Guy Jodoin (Le tricheur)
  • Animateur/animatrice d’émissions de sport Dave Morissette (Dave Morissette en direct, Destination Coupe Stanley)
  • Rôle masculin/séries dramatiques saisonnières Marc-André Grondin (L’imposteur)
  • Rôle féminin/séries dramatiques saisonnières Ludivine Reding (Fugueuse)
  • Rôle masculin/séries dramatiques annuelles Gildor Roy (District 31)
  • Rôle féminin/séries dramatiques annuelles : Magalie Lépine-Blondeau (District 31)
  • Artiste d’émissions jeunesse Sarah-Jeanne Labrosse (Le chalet)
  • Personnalité masculine de l’année : Charles Lafortune
  • Personnalité féminine de l’année Magalie Lépine-Blondeau