Sur vos écrans – Bilans

On l’a entendu tout le temps, partout, pendant quatre ans, et tout d’un coup, Denis Coderre est disparu de la scène publique.
Photo: TVA On l’a entendu tout le temps, partout, pendant quatre ans, et tout d’un coup, Denis Coderre est disparu de la scène publique.

Denis parle

On l’a entendu tout le temps, partout, pendant quatre ans, et tout d’un coup, Denis Coderre est disparu de la scène publique, au lendemain de sa défaite aux élections municipales. Six mois ont passé, et l’ex-« omnimaire » est désormais prêt à parler. Il le fait en compagnie de Paul Arcand, à divers endroits dans sa ville, se confiant sur cette défaite et dressant le bilan de son mandat à l’hôtel de ville de la métropole, sans esquiver les dossiers les moins reluisants qui l’ont marqué.

Conversation secrète
TVA, dimanche, 21 h 15

Voler plus haut, plus loin

L’aviation civile commerciale a fait une timide apparition juste avant la Première Guerre mondiale, maisc’est après ce conflit, soit il y a presque 100 ans, qu’elle a pris son « envol ». Cette série documentaire produite par la Smithsonian Channel raconte l’histoire de quatre inventions qui ont révolutionné à leur façon la navigation aéronautique : le moteur à réaction, la combinaison spatiale, le siège éjectable et le parachute, qui est l’objet de l’épisode de cette semaine. La formule, assez classique, dresse une chronologie aux accents pédagogiques de l’élaboration de ces inventions et leur perfectionnement à travers le temps, le tout agrémenté d’images d’archives et de séquences contemporaines plus « enlevantes ». Ça se laisse regarder avec plaisir.


Un siècle d’inventions aériennes
Explora, mardi, 22 h
 

Neutralité trompeuse

L’inaction d’une certaine partie du haut clergé catholique et des autorités vaticanes lors de la Seconde Guerre mondiale est maintenant de notoriété publique, mais les raisons de ce silence, un peu moins… Ce documentaire français aide à comprendre les raisons des très timides interventions du pape Pie XII lors du conflit pour condamner la violence et son silence face à l’extermination des Juifs, dont il était informé depuis 1942. On y détaille le passé diplomatique de cet homme d’Église avant d’être élu au conclave quelques mois avant le début de la guerre, en lien étroit avec l’Allemagne nazie, mais aussi les troublantes accointances politiques d’autres membres du haut clergé. Un autre documentaire portant sur cette guerre qu’on semble avoir analysée sous toutes ses coutures, mais pas un de trop.

39-45, la face cachée du Vatican
Télé-Québec, mercredi, 20 h

Le visionnement en continu de la semaine

Après The Five (L’ombre de Jessie), l’auteur américain de polars à succès Harlan Coban poursuit son incursion dans le domaine de l’écriture télévisuelle avec cette nouvelle série, une production française estampillée par le géant du streaming campée dans une banlieue bourgeoise britannique. L’Américain Michael C. Hall (Six Feet Under, Dexter) y incarne un médecin récemment veuf qui mène une enquête improvisée pour retrouver sa fille adolescente disparue après une fête arrosée qui a mal tourné. Ce polar est loin de réinventer le genre et on sent souvent la recette qui a fait le succès des romans : l’utilisation (parfois abusive) des retours en arrière. Les effets de mise en scène et le jeu, parfois un peu trop appuyé de certains acteurs (mais heureusement pas celui qui interprète le personnage central) agacent un peu. Cela dit, on se laisse tout de même rapidement prendre au jeu et on enchaîne les épisodes.

Safe
Netflix, dès jeudi

Gymnastique oculaire

Une femme, deux hommes, un chien. Deux chapitres, trois dimensions. Des mots, des sons, des images. Œuvre testamentaire ou célébration du n’importe quoi, Adieu au langage de Jean-Luc Godard convie le spectateur à une étonnante gymnastique oculaire où celui-ci a le loisir de reconstruire ce qui se déroule devant ses yeux. Tandis que les acteurs dissertent sur la nature et sur la métaphore, toutou s’amuse dans la nature sous l’œil attendri de son maître. Les uns crieront au génie, les autres bâilleront d’ennui. Colauréat du Prix du jury au Festival de Cannes en 2014 avec Mommy de Xavier Dolan.

Adieu au langage​
TFO, vendredi, 21 h