«Mensonges 4»: jeux de rôles

Fanny Mallette, Éric Bruneau et Gabriel Arcand sont de retour pour une quatrième saison de «Mensonges», reprise à la réalisation par Francis Leclerc.
Photo: Serge Gauvin Fanny Mallette, Éric Bruneau et Gabriel Arcand sont de retour pour une quatrième saison de «Mensonges», reprise à la réalisation par Francis Leclerc.

Des allégations d’inconduites sexuelles sur différents plateaux au cours des vingt dernières années pesant contre lui, le réalisateur Sylvain Archambault (Les pays d’en haut, Cheval-Serpent) annonçait en novembre dernier qu’il n’allait pas terminer le tournage de la quatrième saison de Mensonges. Trois semaines plus tard, Francis Leclerc reprenait le flambeau, permettant ainsi à la série de Gilles Desjardins (Musée Éden, Les pays d’en haut) de revenir sur les ondes d’Addiktv le 11 avril, comme prévu. « On a eu une semaine et demie de retard, d’arrêt en fait, mais après, on est retombés sur nos pattes », confirme la productrice Sophie Deschênes de Sovimage.

C’est ainsi qu’on retrouve au générique des premiers des dix épisodes de Mensonges 4 le nom des deux réalisateurs. « Quand je suis arrivé, Sylvain avait déjà commencé le travail ; pour les maniaques de chiffres, j’ai fait 27 jours de tournage sur 48, explique Francis Leclerc. Ce n’est pas de la coréalisation puisqu’on ne s’est pas consultés ; j’ai donc regardé ce qui avait déjà été tourné. J’aime ce que Sylvain fait, mais il y a certaines scènes que je n’aurais pas tournées de même. »

Photo: Serge Gauvin Fanny Mallette et Gabriel Arcand

Du même souffle, le réalisateur affirme qu’il a accepté de mener la série à terme, d’en assumer la postproduction, pour les acteurs. Ayant travaillé avec Fanny Mallette dans Une jeune fille à la fenêtre et Nos étés, avec Sylvain Marcel dans Marche à l’ombre et avec Mélissa Désormeaux-Poulin dans Les rescapés et Mon meilleur ami, Leclerc avait l’impression de se retrouver en famille : « Ils me l’ont rendu facile, ils connaissent tellement leurs personnages. Il fallait juste décoder les scénarios, aller plus loin avec eux. Ce qui était le fun, c’était d’arriver quatre ans plus tard, donc de les aider à mettre leur cerveau à plus quatre. »

Nouvelles tactiques

Quatre ans ont ainsi passé dans la vie des personnages de Mensonges. Julie Beauchemin (Fanny Mallette) dirige l’escouade Catharsis spécialisée dans les enquêtes de type Mr. Big, technique créée à Vancouver par la GRC au début des années 1990 consistant à piéger des criminels à l’aide de scénarios. Travaillant à la protection des diplomates à Ottawa, Maxime Morelli (Éric Bruneau) accepte d’aider Julie dans une enquête dans l’espoir de rencontrer leur fille Florence.

Photo: Serge Gauvin Mélissa Désormeaux-Poulin revient dans le rôle de Carla Moreli.

Promu chef de l’escouade des homicides, Bob Crépault (Sylvain Marcel) est las de se faire damer le pion par l’escouade Catharsis. Sortant de prison, Carla Morelli (Mélissa Désormeaux-Poulin) demande à Bob, marié à Cindy (Olivia Palacci), avec qui il a eu des jumeaux, de lui faire un enfant. La soeur de Maxime mettra aussi à profit ses talents d’actrice pour l’escouade de Julie.

« Je crois beaucoup à la capacité d’ancrer une fiction dans la réalité, confie le scénariste Gilles Desjardins. Dans le dernier épisode de la troisième saison, on fabrique une enquête de type Mr. Big pour la première fois ; c’est un peu patenté, un peu amateur. Je voulais qu’ils puissent faire de véritables enquêtes Mr. Big. Or, ça prend une certaine expertise, un certain temps, et il y avait aussi le fait que Carla était en prison. Tout ça mis ensemble, j’ai trouvé que c’était très logique et intéressant de passer quatre années, d’avoir les mêmes personnages avec de nouveaux événements dans leur vie, de nouveaux types d’enquêtes. »

On écoute la quatrième saison de Mensonges ou pas? La critique vidéo de Manon Dumais

 

Contrairement aux saisons précédentes, la quatrième saison de Mensonges sera axée sur une seule grande enquête : mettre la main au collet d’un dangereux copycat, c’est-à-dire un tueur en série imitant les méthodes de différents assassins. Julie et ses enquêteurs, Tom (Louis-Philippe Dandenault), Hugo (Patrick Drolet) et Khadjia (Lamia Benhacine), devront entre-temps piéger ces assassins afin de les disculper des meurtres commis par le criminel copieur. Entrera en scène avec éclat un nouveau personnage qui prendra de l’importance au fil des épisodes, Louis Carrière (Claude Legault), qui compte récupérer les 50 millions de dollars qu’il a perdus après avoir croupi dix ans en prison.

« Je trouvais que c’était un plus sur toute la ligne, dit l’auteur à propos de la nouvelle structure dramatique. Je n’avais pas envie de refaire la même chose. Même s’il y a énormément de ressources dans le huis clos, dans l’interrogatoire, il demeure qu’à la troisième saison, j’ai été happé par ce type d’enquête là, par l’idée de faire des mises en scène où les enquêteurs se déguisent. »

[Les acteurs] me l’ont rendu facile, ils connaissent tellement leurs personnages. Il fallait juste décoder les scénarios, aller plus loin avec eux. Ce qui était le fun, c’était d’arriver quatre ans plus tard, donc de les aider à mettre leur cerveau à plus quatre.

Alors qu’ils seront amenés à jouer différents rôles, les enquêteurs devront jouer avec les émotions des criminels, ce qui entraînera certaines conséquences dans leurs relations personnelles, notamment entre Julie et Maxime : « Le titre Mensonges n’aura jamais été aussi vrai », avance Francis Leclerc.

« La caractéristique de ces opérations-là, c’est des opérations psychologiques qui sont aussi d’une grande cruauté. Ils vont très, très loin dans la manipulation. Souvent, ils frôlent l’illégalité », conclut l’auteur, qui dévoile être en discussion pour une cinquième saison.

Mensonges 4

Addiktv, mercredi, 21 h