Sur vos écrans – Sur les traces de jeunes entrepreneurs

«AMO» s’inspire de la violente lutte antidrogue du controversé président Rodrigo Duterte, laquelle aurait fait 20 000 morts.
Photo: Netflix «AMO» s’inspire de la violente lutte antidrogue du controversé président Rodrigo Duterte, laquelle aurait fait 20 000 morts.

Artistes mécanos

Mécaniciens de formation, Matt Dalpé et Junior Bourget ne trouvaient plus leur compte dans la mécanique. Partageant une passion pour la fabrication de meubles, ils ont fondé ensemble l’entreprise Magasin général Varennes, où ils proposent aux commerces et aux individus des meubles originaux faits de bois et de métal. Dans le premier épisode, on suit les deux fabricants de meubles alors qu’ils doivent créer une cuisine extérieure et un cellier pour un restaurant. Ce faisant, ilsdécouvrent que malgré leur talent et leur bonne volonté, ils ont encore quelques croûtes à manger. Une série documentaire sympathique mettant en scène deux entrepreneurs au franc-parler.

Magasin général Varennes
Z, mercredi, 20 h 30

 
 

Femmes fatales

Brillante agente du MI5, Eve Polastri (Sandra Oh, qui mettait du piquant dans la larmoyante série Dre Grey, leçons d’anatomie) est lasse du travail de bureau que lui proposent les services secrets britanniques. Sa vie change du tout au tout lorsqu’elle se trouve dans la mire d’une tueuse à gages qui ne rate jamais sa cible, l’insensible Vilanelle (Judy Comer), qu’elle doit traquer. Série réalisée par Jon East (Maigret et son mort), Damon Thomas (Penny Dreadful) et Harry Bradbeer (Dickensian), Killing Eve promet de nous tenir en haleine durant les huit épisodes que dure l’impitoyable jeu du chat et de la souris inspiré des romans de Luke Jennings.

Killing Eve
BBC America, dimanche, 20 h

 
 

Un dernier tour de piste

En septembre dernier, Rick Mercer a annoncé qu’après 15 saisons, totalisant 277 épisodes, il mettait fin à The Rick Mercer Report. Avec This Hour Has 22 minutes, Talking to Americans et Made in Canada, l’humoriste terre-neuvien de 49 ans, souvent comparé à Jean-René Dufort (Infoman) par sa manière de s’en prendre aux politiciens, s’est imposé dans le paysage télévisuel canadien avec son humour incisif, son esprit satirique et ses cinglants monologues livrés face à la caméra.

The Rick Mercer Report
CBC, mardi, 20 h

Le visionnement en continu de la semaine

Lauréat du Prix de la mise en scène pour Kinatay, qui nous transportait dans les bas-fonds de Manille, au Festival de Cannes en 2009, le cinéaste Brillante Mendoza a l’honneur de signer la première série philippine de Netflix, AMO. Alors que le gouvernement lutte contre la drogue, Joseph (Vince Rillon), élève du secondaire, voit son commerce illicite prendre de l’expansion pendant que son oncle policier (Derek Ramsay) tire profit de la corruption. La série de 13 épisodes s’inspire de la violente lutte antidrogue du controversé président Rodrigo Duterte, laquelle aurait fait 20 000 morts. En 2016, Mendoza, réputé pour son style cru et réaliste, affirmait soutenir Duterte.

AMO
Netflix, dès lundi

Le vieil homme et le scandale

Les amateurs de football universitaire américain se souviennent sans doute de l’affaire Sandusky en 2011, du nom de l’ex- coordonnateur de la défense de la puissante équipe de Penn State, ayant à sa tête alors depuis plus d’un demi-siècle l’indélogeable Joe Paterno. Jerry Sandusky avait alors dû faire face à des allégations de viols d’enfants et sera plus tard reconnu coupable de ces crimes. Ce téléfilm de Barry Levinson (Rain Man) raconte les semaines qui ont précédé la révélation de ce scandale du point de vue de Paterno, interprété par Al Pacino.

Paterno
HBO Canada, samedi, 20 h
Amélie Gaudreau