«Jeunesses hitlériennes, l’endoctrinement d’une nation»: génération sacrifiée

On voit l’engrenage se mettre en place alors que sont évincés parents, famille, école et église au seul profit du parti nazi.
Photo: TV5 On voit l’engrenage se mettre en place alors que sont évincés parents, famille, école et église au seul profit du parti nazi.

Ils seront des milliers d’enfants à grandir dans l’exaltation du nazisme, qui en fera ses porte-étendard avant de les plonger dans ses ténèbres. C’est la transformation de ces enfants en soldats par le troisième Reich que David Korn-Brzoza détaille dans un documentaire percutant, véritable somme archivistique traversée de témoignages bouleversants.

Une dizaine d’anciens membres des Jeunesses hitlériennes y racontent leur enfance sur des images d’archives colorisées d’une grande pureté. On est soufflé par l’honnêteté et la profondeur des témoignages qui sont recueillis sans fard. Leur agencement suit une logique implacable que la réalisation surligne sans l’alourdir.

On voit l’engrenage se mettre en place alors que sont évincés parents, famille, école et église au seul profit du parti nazi. L’attrait de ses camps d’été où l’on multiplie les grandeurs nature en uniforme devient vite irrésistible. Deux millions de petits Allemands s’y engagent avec une ferveur exemplaire. « On jouait à la guerre, c’était l’aventure ! » Pour la majorité, l’état de grâce durera longtemps. Pour d’autres, chétifs ou jugés impurs, l’humiliation ne fait que commencer.

Le régime tablera longtemps sur l’image de ces jeunes biberonnés de haine que la propagande s’arrache. Mais cette ferveur-là ne les mettra pas à l’abri. Quand la guerre s’embourbera, les plus jeunes seront dépêchés sur le front intérieur, tandis que les autres passeront aux premières lignes. Pour ceux qui ont survécu, le traumatisme est encore vif et leur parole, essentielle. « On nous aura convaincus qu’il y avait des sous-hommes. C’est terrible, ce poids qu’on nous a fait porter. »

Jeunesses hitlériennes : l’endoctrinement d’une nation

Lundi, TV5, 20 h