L’OM en concerto

La soirée musicale télévisuelle est évidemment plus qu’agréable.
Photo: ARTV La soirée musicale télévisuelle est évidemment plus qu’agréable.

En novembre et décembre 2017, l’Orchestre Métropolitain franchissait pour la première fois nos frontières pour une tournée européenne le menant en Allemagne, aux Pays-Bas et à Paris. Les deux concerts parisiens à la Philharmonie de Paris ont été enregistrés par la chaîne Mezzo.

Dans ce programme diffusé par Artv, ces deux soirées font l’objet d’un panachage retenant trois des quatre oeuvres avec solistes : le Concerto pour violoncelle d’Elgar avec Stéphane Tétreault, les Nuits d’été de Berlioz avec Marie-Nicole Lemieux et un Concerto pour violoncelle de Saint-Saëns transfiguré et aristocratique par Jean-Guihen Queyras.

La soirée musicale télévisuelle est évidemment plus qu’agréable et on ne va pas cracher dessus, d’autant qu’elle préserve des moments musicaux majeurs, dont, au premier chef, les Nuits d’été de Marie-Nicole Lemieux et Yannick Nézet-Séguin, mais la déconstruction de l’événement en trois sections ne puisant que dans les premières parties des deux soirées à la Philharmonie de Paris prive le téléspectateur de l’embrasement émotionnel de ces concerts, qui culminaient en des oeuvres symphoniques exaltées (La mer, le samedi, et lesVariations Enigma le dimanche) et des moments télévisuels uniques, notamment lorsque le chef ne put retenir ses larmes dans Nimrod des Variations Enigma. Ce sera, on l’espère, pour une prochaine émission.

L’Orchestre Métropolitain à la Philharmonie de Paris

Artv, lundi, 21 h