Sur vos écrans – La filière londonienne

Une scène de «McMafia»
Photo: AMC Une scène de «McMafia»

Un parrain à la russe

Diffusée depuis le 1er janvier à la chaîne BBC, la série britannique McMafia fait couler de l’encre pour une histoire de droits d’auteur et de plagiat. De fait, le scénariste-réalisateur Wilf Varvill prétend que la prémisse de McMafia est empruntée à celle de son court métrage de 2008, Londongrad, lequel raconte l’ascension d’une riche famille russe à Londres. Créée par Hossein Amini et James Watkins, la série s’inspire du livre du journaliste Misha Glenny, McMafia : Seriously Oranised Crime, paru en 2008. Mettant en vedette James Norton, McMafia suit le destin d’un honnête homme d’affaires londonien ayant rompu avec ses parents affiliés à la mafia russe. À son corps défendant, il devra toutefois renouer avec sa famille et revoir ses priorités. Selon certains politiciens britanniques, McMafia serait une série très réaliste.


McMafia
AMC, lundi, 21 h
 

Mères indignes

Photo: NBC Une scène de «Good Girls»

Prisonnières d’une difficile condition économique, trois mères de famille de la banlieue, Ruby (Retta), Annie (Mae Whitman) et Beth (Christina Hendricks), décident de cambrioler l’épicerie du coin. Malheureusement pour elles, le commerce est la propriété de malfrats qui, les ayant reconnues sur la vidéo de surveillance, auront bien l’intention de profiter de la situation afin de récupérer leur argent. Les trois femmes seront alors contraintes de faire une livraison expresse au Canada… Série créée par Jenna Bans (Beautés désespérées, Scandal), Good Girls serait-elle le chaînon manquant entre Thelma and Louise et Breaking Bad ?

Good Girls
NBC, lundi, 21 h

Plus catholique que le pape

En 2007, l’agnostique A. J. Jacobs fait paraître un récit autobiographique au ton humoristique, L’année où j’ai vécu selon la Bible. Quelque dix ans plus tard, le livre ressuscite sous la forme d’une sitcom où un trentenaire (Jay R. Fergusson) tente de vivre selon les enseignements de la Bible dans le New York d’aujourd’hui. Une série signée par le vétéran Andy Ackerman (Cheers, Frasier, Seinfeld).

Living Biblically
CBS, lundi, 21 h 30

Le visionnement en continu de la semaine

Série documentaire de huit épisodes, Flint Town nous ramène au coeur de la crise de l’eau contaminée, causée par la dégradation des canalisations en plomb, qu’a traversée la ville natale de Michael Moore, Flint, Michigan. Au cours de cette crise, des milliers d’enfants ont été empoisonnés et une douzaine de personnes ont trouvé la mort à cause de la légionellose. De 2014 à 2016, les réalisateurs Zachary Canepari, Jessica Dimmock et Drea Cooper ont suivi les policiers sur le terrain alors qu’ils devaient rassurer et protéger les citoyens de cette ville de 125 000 âmes, considérée comme l’une des plus dangereuses des États-Unis, tout en risquant eux-mêmes leur vie.

Flint Town
Netflix, dès vendredi

Miller toujours actuel

Présentée l’automne dernier au TNM à Montréal, puis en tournée au Québec cet hiver, la pièce Vu du pont d’Arthur Miller aborde entre autres le thème toujours dans l’air du temps de l’immigration, de l’étranger face à sa société d’accueil. Artv propose la captation sur scène de cette relecture du classique de la dramaturgie américaine mettant en vedette François
Papineau, Maude Guérin et Mylène St-Sauveur.

Vu du pont
Artv, lundi, 21 h
Amélie Gaudreau Le Devoir