«Mont-Saint-Michel, le labyrinthe de l’archange»: les mystères d’un vaisseau de pierres

Bercé par les marées les plus fortes d’Europe, le joyau qui se dévoile prend des couleurs d’une réjouissante complexité narrative.
Photo: TV5 Bercé par les marées les plus fortes d’Europe, le joyau qui se dévoile prend des couleurs d’une réjouissante complexité narrative.

Bâtie entre ciel et mer, l’abbaye du Mont-Saint-Michel a étalé sa magnificence dans une orgie d’images qui se sont déployées sur tous les supports à travers toutes les époques. Banalisé jusqu’à l’usure, ce joyau normand vieux de 15 siècles trouve dans la caméra de Marc Jampolsky un oeil neuf autant qu’une oreille attentive au fil d’une enquête architecturale rigoureuse.

Dans Mont-Saint-Michel, le labyrinthe de l’archange, historiens et archéologues se pressent au chevet de ce bâtiment polymorphe qui, comme une poupée gigogne, s’est construit et reconstruit sur lui-même au fil du temps et des hoquets de l’histoire. En leur compagnie, on pénètre dans ses multiples salles, certaines interdites au public, comme on traverserait les années, jusqu’à son coeur médiéval.

Exigeant et verbeux, le documentaire d’une heure et demie est dense, suivant une logique policière lui permettant d’aligner ses ressorts avec un sens certain du théâtre. Il n’en reste pas moins captivant, allégé par des photos aériennes époustouflantes, des animations habiles et des modélisations 3D clarissimes qui mettent en contexte les richesses de cette énigme architecturale.

Bercé par les marées les plus fortes d’Europe, le joyau qui s’y dévoile prend des couleurs d’une réjouissante complexité narrative. Pour qui a joué du coude pour se frayer un chemin dans les sentiers bondés de l’îlot rocheux, le contraste est frappant. Et ne manque surtout pas de sel.

Mont-Saint-Michel, le labyrinthe de l’archange

Lundi, TV5, 20 h