«Structures abandonnées»: paysages manufacturés

Cette série documentaire britannique donne à découvrir des endroits qui ont jadis été façonnés et investis par des architectes et ingénieurs pour être par la suite laissés à l’abandon.
Photo: Canal D Cette série documentaire britannique donne à découvrir des endroits qui ont jadis été façonnés et investis par des architectes et ingénieurs pour être par la suite laissés à l’abandon.

L’humain a tendance à s’installer quelque part, à s’y incruster et à y laisser sa trace indélébile, beaucoup plus souvent pour le pire que pour le meilleur… Cette série documentaire britannique donne à découvrir des endroits qui ont jadis été façonnés et investis par des architectes et ingénieurs pour être par la suite laissés à l’abandon, marqués par des constructions qui font désormais partie du paysage, désormais « manufacturé », pour faire référence à un documentaire de Jennifer Baichwal.

Structures abandonnées, qui se décline en six épisodes, raconte l’histoire des origines de plusieurs de ces installations fantômes et explique également les raisons de leur désertion grâce à des images d’archives, à des témoignages de gens qui les ont fréquentées ou même conçues et aux commentaires, malheureusement pas toujours pertinents, d’experts en la matière… Outre ce petit bémol, la série s’avère fort réussie, très riche visuellement et fascinante dans le propos.

Ainsi, dans l’épisode diffusé ce lundi, nous découvrons des milieux urbains désertés, comme la petite île japonaise d’Hashima, pas plus grosse qu’un paquebot, qui fut jadis le lieu le plus densément peuplé au monde avec 5000 habitants, dont la plupart travaillaient dans une mine de houille aujourd’hui désaffectée. Les prochains épisodes mettront en lumière des ponts, des routes, des installations énergétiques, des chantiers navals et des projets « spatiaux » qui n’ont plus de raison d’être sinon que de nous rappeler qu’ils ont jadis eu une vie utile…

Structures abandonnées

Canal D, lundi, 20 h