Petit précis de lucidité enfantine

Photo: Canal D

À quoi rêve-t-on quand on a 5 à 12 ans au Québec ? De l’essentiel, apparemment. Point de technologies, de bébelles, ou encore de gloire (ou si peu) dans les discours de jeunes Québécois rassemblés dans Paroles d’enfants d’Isabelle de Blois. S’ils rêvent, c’est encore surtout d’absolu : un monde en paix, une planète en santé, avec un peu de magie au détour.

Amitié, amour, mort, intimidation, différence, peur, guerre : la cinquantaine d’enfants entendus à Gaspé, Pikogan, Québec et Victoriaville par la cinéaste est touchante de candeur et de justesse. Quand les mots ne suffisent plus, certains prennent le pinceau ou le crayon pour en faire des dessins que la cinéaste récupère en les animant. Le procédé est simple, mais étonnamment efficace.

La cinéaste (aussi photographe) pose ainsi un regard tendre et curieux sur la vie intérieure de ces enfants qu’elle pousse gentiment à s’ouvrir devant sa caméra bienveillante. L’air de rien, elle les questionne sur tout, passant du futile au fondamental, chauffant le doux et l’amer, pour mieux capter leur essence. Un exercice de patience et d’écoute qui rapporte gros.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Paroles d’enfants

Canal D, dimanche, 21 h