Sur les traces de nos ancêtres

Dans «La grande traversée», une dizaine de valeureux vivront la traversée de l’Atlantique dans les mêmes conditions que leurs ancêtres.
Photo: ICI Radio-Canada Dans «La grande traversée», une dizaine de valeureux vivront la traversée de l’Atlantique dans les mêmes conditions que leurs ancêtres.

Diffusé simultanément sur les quatre grandes chaînes francophones, Montréal s’allume a déçu plus d’un spectateur en décembre dernier. Et pour cause. Laborieuse infopub à la gloire de la métropole sur le point de souffler 375 bougies, ce spectacle de variétés contenait certes quelques jolis moments inspirés, mais aussi de trop nombreux numéros d’humour tombant à plat. Après avoir été ridiculisée à travers la planète pour son chétif arbre de Noël, Montréal allait-elle enfin recevoir des célébrations dignes de ce nom ?

Montréal, c’est toi, ma ville

Heureusement, Télé-Québec est là pour remonter le niveau avec la série documentaire MTL réalisée par Stéphan Thibault (La loi et l’ordure, Les justes). Soutenu par une pléthore d’historiens, parmi lesquels André Martineau, le collègue Jean-François Nadeau et Geneviève Pronovost, Jean-Philippe Wauthier décortiquera l’ADN de Montréal au cours des douze épisodes, à raison de deux thèmes par épisode, dès jeudi.

Tonique, ludique, un chouïa nostalgique, ce cours d’histoire au rythme trépidant explorera notamment la religion avec Dominique Michel (Tout le monde à messe !), l’éducation avec Julie Payette (Sur les bancs d’école), l’hiver avec Dany Laferrière (MTL gelée de bord en bord), le hockey avec Geoff Molson (Lance et compte !), les manifestations avec Gabriel Nadeau-Dubois (Le poing en l’air) et le boulevard Saint-Laurent avec Geneviève Borne et DJ Champion (En remontant la Main).

Agrémentée d’illustrations, de photos et d’extraits d’archives, la série MTL navigue allègrement de l’histoire officielle à l’anecdote personnelle, des grands événements aux petits incidents, de la légende à la réalité, du passé au présent. Arpentant les rues de la métropole avec l’élégante désinvolture qui lui est propre, Jean-Philippe Wauthier y fait figure de guide touristique curieux et allumé. Qui a dit que les leçons d’histoire devaient être ennuyantes et fastidieuses ?

M’en revenant de la jolie Rochelle

À ICI Radio-Canada Télé, c’est le 150e anniversaire du Canda qu’on a voulu souligner. À cette fin, Francis Reddy et la navigatrice Mylène Paquette animeront La grande traversée. Sélectionnés parmi 1200 candidats, quatre braves femmes et six valeureux hommes ont été envoyés à La Rochelle en avion afin de se préparer à retourner à Québec sur un voilier trois mâts. La traversée n’aura rien à voir avec une croisière de luxe pour retraités. Que nenni !

À La Rochelle, les dix participants devront se familiariser durant cinq jours avec quelques métiers pratiqués par les colons de la Nouvelle-France et faire des provisions. En vrac, ils pourront apporter sur le bateau huit poules, de la farine, du sel et de la levure. Pendant la traversée, évaluée à 45 jours, ils devront vivre dans les mêmes conditions d’hygiène, la même promiscuité, que nos ancêtres. Attraperont-ils le scorbut ? Non, mais le mal de mer et quelques intoxications alimentaires seront au programme.

La traversée des émotions

Dès le premier des dix épisodes de cette série à mi-chemin entre le documentaire et la téléréalité réalisée par François Balcaen (Marguerite hier et aujourd’hui, Un musée pour l’humanité), on se rend compte que l’émotion l’emporte sur l’historique. De fait, les participants, à fleur de peau, fondront en larmes plus souvent qu’à leur tour. Accompagnés du bienveillant Francis Reddy, ils découvriront à la bibliothèque de La Rochelle les contrats d’engagement de leurs ancêtres. Au moment de partir, l’animateur leur dira que les tours de la Chaîne et de Saint-Nicolas forment la dernière image que les colons gardèrent de leur pays natal. Frissons dans l’assistance.

Première personne des Amériques à avoir traversé à la rame l’Atlantique, la chaleureuse Mylène Paquette partagera elle aussi de grands moments d’émotion avec les apprentis marins quand viendra le temps de leur prodiguer des conseils. Par ailleurs, les deux animateurs seront présents à leur façon durant la traversée alors que le bosco, ou maître d’équipage, remettra ponctuellement aux participants lettres et cadeaux.

Là encore, l’émotion sera au rendez-vous : sourires radieux à la vue d’une boîte de cassonade, torrents de larmes à la lecture d’une carte de fête des pères et débat animé à l’idée de sacrifier des poules pour un festin d’anniversaire. Bref, en apprendrons-nous davantage sur la nature des participants que sur les moeurs des premiers colons ? On le découvrira bien au fil de cette traversée qui s’annonce mouvementée.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

La grande traversée

ICI Radio-Canada, mardi, 20 h

MTL

ICI RDI, dimanche, 20 h