Club illico à la conquête des adolescents

Sarah-Maude Beauchesne, auteure des livres «Coeur de slush» et «Lèche-vitrines» et créatrice du blogue Les fourchettes
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Sarah-Maude Beauchesne, auteure des livres «Coeur de slush» et «Lèche-vitrines» et créatrice du blogue Les fourchettes

Après avoir défriché le marché des 35 ans et plus avec des séries exclusives comme Blue Moon, le fournisseur de vidéo sur demande (VOD) Club illico veut maintenant conquérir les adolescents, friands d’écoute en rafale. Le service a lancé la production de deux séries originales de 10 épisodes, intitulées L’académie et La dérape. Parution prévue au pivot de 2017 et de 2018.

Constatant que des émissions comme Flash, Le chalet et Gossip Girls faisaient rouler le compteur des visionnements au-dessus du million, Québecor Contenu a décidé de développer des produits québécois répondant à ce que les Américains appellent des « teen drama ».

« L’écoute en rafale a été adoptée par plusieurs, et c’est principalement les adolescents qui alimentent ce genre d’écoute là. Pour eux c’est devenu la norme », a expliqué Marie-Ginette Lepage, vice-présidente Développement et gestion de produits chez Vidéotron. Il allait donc de soi de leur offrir des émissions originales, faites maison. Une première pour le Club illico dans ce créneau.

Avec L’académie et La dérape, le service sur demande espère aussi atteindre une cible « entre-deux » dans laquelle les adolescents regardent les séries avec leurs parents.

Filles et garçons

L’académie est une histoire signée Sarah-Maude Beauchesne, auteure des livres Coeur de slush et Lèche-vitrines et créatrice du blogue Les fourchettes. L’émission qualifiée par Ginette Viens, de Québecor Contenu, de « chick flick par excellence », suivra trois meilleures amies, Agathe, Marie et Wendy, à l’orée de leur dernière année de secondaire. Elles étudient dans un pensionnat digne des écoles alternatives des bons quartiers.

L’histoire, réalisée par Marie-Claude Blouin (Le chalet, Juliette en direct), se déroulera dans une école pour filles seulement. Après un été de relations amoureuses décevantes, les trois « BFF » « décident de faire un pacte et de faire une croix sur les garçons pour cette année, raconte la productrice Vicky Bounadère, de chez Passez Go. Mais comme la vie est ainsi faite, leur directrice leur annonce qu’un groupe de 13 garçons va faire son entrée à l’Académie en secondaire 5. Donc, vous nous voyez venir… »

Sur la piste

La seconde série sera un drame sportif qui naviguera dans le monde de la course automobile, plus particulièrement dans celui du karting.

La dérape, qui sera entièrement filmée à Québec, racontera l’histoire de Julia, une jeune championne de course. Après la mort, sur un circuit, de son frère Thomas, la jeune femme d’une quinzaine d’années et son père, aussi mécanicien dans le monde des bolides, quitteront les États-Unis et reviendront s’installer dans la capitale nationale.

L’émission sera produite par Parallaxes, plus habituée au court métrage et au documentaire.

Abonnement simplifié

À partir de mercredi, Club illico élargira son service à tout le Canada — et non pas qu’au Québec et à l’Ontario —, en plus d’en faciliter l’abonnement, qui peut dorénavant se fait directement sur le Web avec une carte de crédit.

Club illico compte 300 000 abonnés. Le service existe depuis le printemps 2013.

En novembre, le service de VOD Shomi, copropriété de Rogers et Shaw, a cessé ses activités. Le même mois, CraveTV, propriété de Bell, annonçait avoir franchi le cap du million d’abonnés.

En comparaison, Netflix comptait en avril 5,2 millions d’abonnés au pays.