L’ennemi intérieur

«Envahis»
Photo: ARTV «Envahis»

Ce titre ne passe pas par quatre chemins, va droit au sujet : Okkupert en norvégien, qui a donné Occupied en anglais et maintenant Envahis dans la version française que diffuse Artv. La série fait dans la science-fiction politique, genre rarement exploré par la télé, toutes langues confondues.

La production imagine que, dans un avenir proche, la Norvège dévastée par les changements climatiques décide de cesser sa production pétrolière et gazière au profit d’une nouvelle source d’énergie propre au thorium. L’Europe n’a pas adapté ses usines et ses transports. Elle demande alors à la Russie d’envahir son voisin pour relancer les forages.

Ce canevas a été imaginé par l’écrivain à succès Jo Nesbø. La production ori-ginale suit les effets de l’invasion (ou plus exactement de l’occupation stratégique d’un secteur en particulier) sur le premier ministre écolo et son entourage, y compris la police et les médias. Les différentes stratégies de résistance et de collaboration sont mises en évidence, dont le rôle essentiel joué par la presse pour conscientiser la population, une sorte d’obsession des séries scandinaves. Le déroulement se poursuit sur un an, un mois par épisode.

La leçon débouche sur de profondes questions morales, sans jamais tomber dans le manichéisme. Au total, malgré un certain relent de guerre froide, même la rationalité des envahisseurs semble se tenir. L’histoire simple et pourtant complexe donne en plus à voir une ville, un pays, des traditions sociopolitiques quasi totalement absents des médias de ce côté-ci du monde.

Envahis

Artv, mardi, 22 h

À voir en vidéo