Canal D: faire rimer découvrir avec divertir

La série «Otages» reviendra sur huit des plus célèbres prises d’otages en donnant la parole aux victimes, à leur famille et aux négociateurs à l’aide de photos d’archives et de scènes reconstituées.
Photo: Canal D La série «Otages» reviendra sur huit des plus célèbres prises d’otages en donnant la parole aux victimes, à leur famille et aux négociateurs à l’aide de photos d’archives et de scènes reconstituées.

Dès cette semaine, Canal D propose une programmation où l’on fait une fois de plus la part belle aux documentaires. En plus du retour de 15 populaires séries documentaires (dont Les hommes du Yukon, Hantise, La guerre des enchères), on découvrira au fil de la saison 16 nouvelles séries documentaires (dont Affaires qui roulent, Hommes des bois, Danger dans l’espace) et 24 nouveaux documentaires d’auteur (Bull Jumping, Au sommet de la rampe, Patsy Unplugged...). Lesquelles deviendront les incontournables de la saison ? Voyons de plus près ce que réserve cette première semaine.

Splendeurs et ratés de l’ingénierie

Si l’abréviation « ing. » renvoie à ingénieur, certains vous diront à la blague qu’elle signifie « intelligence non garantie »… Pourquoi une scène de spectacle extérieure s’effondre-t-elle au moindre coup de vent, emportant du coup sept personnes ? Comment une simple fuite de gaz peut-elle provoquer l’explosion d’une résidence située quelques kilomètres plus loin ? La catastrophe de Fukushima aurait-elle pu être évitée ?

Dans la série documentaire Erreurs de génie, où l’on reviendra notamment sur la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic de juillet 2013, on ne se contente pas de montrer de spectaculaires catastrophes. De fait, si elle paraît miser d’emblée sur le sensationnalisme, la série explique à l’aide de schémas animés, de reconstitutions rigoureuses et d’exposés d’ingénieurs les erreurs à l’origine de ces accidents qui se révèlent trop souvent fatals.

Bienvenue en Amérique… ou pas !

Depuis les événements terribles du 11 septembre 2001, les normes de sécurité dans les aéroports se sont considérablement resserrées. Surtout aux États-Unis. Finie l’époque où l’on traversait les frontières canado-américaines sans passeport, où l’on n’avait pas à se soucier du contenu de sa trousse de beauté, où la vue d’un barbu au teint basané ne faisait pas sourciller.

S’intéressant au quotidien des employés du Service des douanes et de la protection des frontières, la série documentaire Douanes sous haute surveillance : États-Unis illustre la guerre de nerfs qui s’installe parfois entre des douaniers et certains voyageurs, les premiers tentant de déjouer les ruses des seconds. Certes, la série n’a rien d’un film d’action ; par moments, ce n’est guère palpitant. Et pourtant, on se laisse prendre.

Sans perdre son calme, un douanier interroge un jeune chômeur des Pays-Bas qui prétend ne pas vouloir travailler aux États-Unis. D’où proviennent ces étranges petits crânes trouvés dans un colis ? Ces paquets de poudre blanche contiennent-ils de la cocaïne ? Ces Canadiennes souhaitant fêter le dernier week-end de célibat de leur copine transportent-elles de la drogue ? Ce jeune Kurde naturalisé américain est-il vraiment armé et dangereux ? Tantôt cocasses, tantôt émouvantes, les scènes d’emblée banales de Douanes sous haute surveillance : États-Unis livrent de façon originale une mosaïque de notre monde.

Survivants

L’affaire Marion. Le millionnaire Deslauriers enlevé par Mesrine et sa compagne. Les 20 otages de Saint-Jérôme détenus par Roland Simard, Edgar Roussel et Lucien Jacques. Au fil des décennies, plusieurs prises d’otages ont marqué l’imaginaire des Québécois. Les sachant friands de notre petite histoire du crime, Canal D a ajouté à sa programmation Otages.

Avec une trentaine d’otages par année au Québec, cette nouvelle série documentaire tient ici un riche filon. Pour sa première saison, elle reviendra sur huit des plus célèbres prises d’otages en donnant la parole aux victimes, à leur famille et aux négociateurs à l’aide de photos d’archives et de scènes reconstituées. Le premier épisode sera consacré à l’enlèvement par trois individus masqués de l’homme d’affaires ruiné André Forgues.

Si Otages s’inscrit parfaitement dans la veine des différentes émissions à caractère judiciaire diffusées sur d’autres chaînes, à trop vouloir raconter notre passé criminel, force est d’admettre que chacune de ces séries finit par avoir un air de déjà vu, et ce, malgré l’angle qu’elles adoptent. Et si on passait à un autre appel ?

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Erreurs de génie

Canal D, lundi, 20 h. Aussi: «Douanes sous haute surveillance : États-Unis», Canal D, jeudi, 18 h, et «Otages», Canal D, vendredi, 19 h.