Village numérique global

La diffusion d’événements sportifs en direct à la télévision est rassembleuse.
Photo: Associated Press La diffusion d’événements sportifs en direct à la télévision est rassembleuse.

Et c’est reparti. Dans les prochains jours, Radio-Canada proposera sur sa chaîne principale 275 heures de reportages en direct des Jeux olympiques de Rio. RDS et RDS2, en partenariat avec Radio-Canada, en offriront 328 heures. C’est beaucoup ? Aux États-Unis, NBC prévoit de diffuser 6700 heures de couverture sur différents supports, dont 85 heures en « réalité virtuelle » grâce au Samsung’s Gear VR, qui peut transformer votre mobile Samsung en casque de réalité virtuelle.

Car c’est maintenant la grande tendance : les grands groupes médias, qui se battent pour obtenir les droits de diffusion des Jeux, multiplient les diffusions sur plusieurs autres plateformes, histoire de rejoindre le spectateur volage là où il le préfère. Et la diffusion des Jeux devient un lieu d’expérimentation pour les avancées technologiques.

Radio-Canada prévoit d’offrir plus de 2000 heures à radio-canada.ca grâce à une console qui permet de visionner jusqu’à 20 épreuves en même temps. La console est offerte également sur les tablettes et téléphones iOS et Android. Les plateformes Android permettront aussi une expérience de 360 degrés et de « réalité virtuelle immersive différente chaque jour », selon la SRC.

Photo: Agence France-Presse Les Jeux olympiques se déploient aussi sur les réseaux sociaux.

Pour sa part, le réseau américain NBC a investi l’été dernier 200 millions $US dans BuzzFeed. Elle produira avec cette dernière des sujets olympiques qui seront envoyés sur Instagram, Facebook, Twitter, SnapChat et d’autres applications. NBC soutient que le nombre de ses auditeurs de 12 à 17 ans a augmenté de 25 % entre les Jeux de Pékin de 2008 et ceux de Londres de 2012. Le géant américain cherche donc à rameuter le public jeune, qui fréquente beaucoup plus les réseaux sociaux et le Web en général que la télé traditionnelle.

Le Comité olympique international (CIO) admet que NBC est son plus gros contributeur financier. Alors que les coûts des Jeux de 1992 représentaient environ 400 millions pour NBC en 1992, ils dépassent maintenant le milliard pour Rio. Diffuseur des Jeux depuis 1988, NBC avait remporté la mise contre les géants Disney, ESPN, ABC ainsi que Fox pour pouvoir présenter les Jeux jusqu’en 2032, pour un montant de 7,75 milliards jusqu’à cette date, après avoir déboursé plus de 4 milliards les années précédentes !

L’attrait du direct

Différents médias américains affirment que, pour NBC, certains Jeux ont été déficitaires et d’autres, profitables. Mais les Jeux olympiques continuent à faire saliver les réseaux. Le sport en direct demeure en effet un des rares événements véritablement rassembleurs à la télévision, alors que tout peut maintenant se consommer à la pièce, qu’il s’agisse des séries, du cinéma, des émissions de variétés ou de la musique, avec YouTube.

Cet attrait n’a pas échappé aux géants du Web qui, selon un récent dossier du magazine L’Express, entendent se battre contre les empires médiatiques traditionnels pour diffuser eux aussi des événements sportifs. Amazon a négocié les droits du championnat allemand de soccer pour Internet et les mobiles. Twitter a obtenu les droits de diffusion d’une dizaine de matchs du football américain. Facebook a lancé une application mobile qui permet à des fans de commenter en direct les rencontres. Ces nouveaux empires rêvent du jour où ils pourront diffuser intégralement les Jeux olympiques.

Les groupes qui obtiennent les droits investissent non seulement dans les différentes plateformes, mais aussi dans les nouveaux produits technologiques. Ainsi, Globo, le grand groupe média du Brésil, diffuseur hôte des Jeux, prévoit de diffuser plusieurs événements en 4K, dont les cérémonies d’ouverture et de clôture, au moment où l’industrie de la télévision tente de migrer de la haute définition actuelle vers le système 4K. Globo a d’ailleurs présenté le premier reportage du monde en 4K, utilisé par NBC lors de la cérémonie d’ouverture.

Bref, les Jeux ne sont pas seulement une grande vitrine sportive, ils sont aussi une vitrine technologique qui veut explorer tous les types de diffusion numérique, avec une présence massive sur les réseaux sociaux. Le CIO lui-même prend le train : l’organisme annonçait il y a quelques semaines qu’au lendemain des Jeux de Rio, il lancera une chaîne olympique numérique, gratuite, qui sera diffusée partout dans le monde, accessible sur le Web et sur toutes les applications mobiles. Cette chaîne, dotée d’un budget de 446 millions d’euros pour les cinq prochaines années (655 millions $CAN), proposera une multitude de contenus sur le sport, avec la collaboration des comités olympiques nationaux (Radio-Canada lui fournira du contenu canadien). Mais le CIO ne prévoit pas de diffuser lui-même les Jeux sur sa chaîne. Pas question de nuire aux groupes audiovisuels mondiaux qui déversent plein d’argent dans ses poches.

 

Jeux olympiques d’été de Rio 2016

ICI Radio-Canada, RDS, CBC, NBC, presque toute la journée