Au plus près des étoiles

Que vous soyez férus ou non d’astronomie, il y a de fortes chances pour que vous soyez touchés par l’émouvant Star Men d’Alison Rose. Présenté en première nord-américaine lors des dernières Rencontres internationales du documentaire de Montréal, ce long-métrage documentaire raconte la grande histoire d’amitié entre quatre stars de l’astronomie : Roger Griffin, dit le constructeur, Donald Lynden-Bell, le théoricien, Nick Woolf, le visionnaire, et Wallace L. Sargent, l’observateur. En compagnie de la réalisatrice, ces quatre Britanniques recrutés au début des années 1960 par les Américains entreprennent un dernier voyage ensemble dans le sud-ouest des États-Unis. À travers leurs propos teintés d’humour et de nostalgie, ces modestes savants dévoilent tout un pan de la conquête de l’espace.

Canal D, dimanche à 22 h

Photo: Daphné Caron «Les brutes»

Deux femmes en or

Elles ont de l’esprit, le sens de le répartie et le regard critique. Qui ça ? Les journalistes Lili Boisvert et Judith Lussier, deux fières représentantes de la génération Y. Intitulé Les brutes, le magazine à caractère social qu’elles animeront, prendra la forme de capsules Web diffusées sur le site de Télé-Québec. Avec leurs invités, ces irrévérencieuses et fougueuses dames discuteront notamment de relations interculturelles, de végétalisme et de sexe ordinaire. Et bien sûr, le tout se fera avec un touche d’humour.

Sur telequebec.tv dès le 8 avril

La crème du cinéma québécois

Quelques semaines après le Gala du cinéma québécois, Super Écran propose en primeur à ses abonnés des films québécois ayant conquis la critique et le public en 2015. Écrit par Louis Morissette, Le mirage de Ricardo Trogi relate avec mordant la crise existentielle d’un quadragénaire. Sacré meilleur film de l’année, La passion d’Augustine de Léa Pool met en vedette l’excellente Céline Bonnier (prix de la meilleure actrice) dans le rôle d’une religieuse voulant empêcher la fermeture de son couvent. Film québécois s’étant le plus illustré à l’étranger, Félix et Meira de Maxime Giroux raconte tout en finesse la rencontre improbable entre un artiste du Mile-End et une mère de famille juive hassidique (Martin Dubreuil et Hadas Yaron, impeccables). Lauréat du Prix collégial du cinéma, le magnifique Chorus de François Delisle traite des retrouvailles d’un couple en deuil de son enfant (Fanny Mallette et Sébastien Ricard, bouleversants).

À Super Écran en avril

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.