Le futur, c’est maintenant

Le petit robot d'Angelica peut presque tout faire, pourvu qu’on lui télécharge de bonnes «applis».
Photo: Planète + Le petit robot d'Angelica peut presque tout faire, pourvu qu’on lui télécharge de bonnes «applis».

Une voiture qui se plie. Des drones-ambulances. Des vêtements dont la couleur change selon notre humeur. Des robots qui gèrent notre emploi du temps. Ce ne sont que quelques exemples de ce qui nous attend dans 35 ans. Et c’est le propos de cette série documentaire en dix épisodes dont la diffusion sur la chaîne -Planète + commence ce dimanche, pour se terminer le 29 mai.

La série Rêver le futur tente de décrire ce que sera notre environnement quotidien en 2050. Pour ce faire, les producteurs sont allés à la rencontre de chercheurs souvent méconnus qui sont en train d’inventer notre futur pendant que vous lisez ces lignes. Certains travaillent dans de grandes universités, d’autres en entreprises. Ils sont un peu partout dans le monde, en Europe, en Amérique, en Asie, et ils sont souvent jeunes.

Le premier épisode, consacré aux transports, donne le ton. Avec 9 milliards d’humains prévus en 2050, il faut maintenant apprendre à voyager plus vite, plus loin… et moins cher. Et d’abord réinventer la voiture. Synonyme de liberté dans les années 1950 et 1960, la voiture est maintenant synonyme de perte de temps dans des villes qui étouffent sous la pollution et les embouteillages. La voiture volante des films de science-fiction ? Certains y travaillent mais les chercheurs interviewés dans ce documentaire sont d’avis que la voiture volante n’a pas d’avenir.

L’avenir, ce sera la voiture intelligente avec capteurs, ce sont de supertricyles électriques qui se déplaceront par eux-mêmes pour livrer des marchandises, ce sera même une voiture pliante qui prend moins de place. Partout on tente de développer divers véhicules plus légers, moins énergivores et plus autonomes.

Et l’avion ? Depuis les années 1950, le trafic aérien augmente de 5 % par an dans le monde. On tente maintenant de développer des avions par propulsion électrique, mais le transport des marchandises du futur passera beaucoup par les drones, qui bourdonneront autour de nous comme des insectes. Et justement, en étudiant le comportement des insectes, des chercheurs développements actuellement des drones capables d’éviter les collisions.

Changer de peau

Un autre épisode, consacré à la mode, propose des réflexions tout aussi fascinantes. L’accumulation des vêtements est devenue un enjeu écologique majeur. Les vêtements sont moins résistants et le consommateur moyen en achète de plus en plus, pour en jeter de plus en plus.

La recherche de nouveaux tissus est donc un grand défi, et l’avenir est au « textile intelligent ». Un jour, vos vêtements changeront de couleur par eux-mêmes, selon votre humeur, ou selon le contexte social. L’épisode nous fait rencontrer de jeunes créateurs qui explorent de nouvelles textures par l’imprimante 3D. D’autres inventent une machine à imprimer soi-même ses vêtements, ou cultivent des algues pour créer de nouveaux pigments !

Les dix épisodes aborderont des sujets comme l’alimentation, la médecine, l’école, l’habitat, le sport, la musique… et même le sexe.

Mon ami le robot

Pour appuyer cette grande série, Planète + frappe encore plus fort en offrant cette semaine un documentaire unique qui veut examiner la relation que nous aurons avec les robots. Du délire de science-fiction ? Pas du tout. Dans ce documentaire français, une jeune Canadienne ingénieure en robotique, Angelica, se procure un véritable robot. Le robot ressemble à un enfant, il parle plusieurs langues, il bouge, se relève lorsqu’il tombe. Et il fait quoi ? Tout ce qu’on peut imaginer. En fait, tout dépend des « applis » qu’on y met, et partout dans le monde de petites entreprises tentent de développer ces applications. Celui-ci donne des cours de maths, contrôle la lumière et le chauffage de la maison, gère l’emploi du temps de son maître. À l’avenir, « le robot ne sera pas un esclave, plutôt un partenaire et un compagnon de travail », soutient le psychiatre Serge Tisseron dans le documentaire.

Angelica poursuit sa recherche dans le vaste monde, et vous en resterez bouche bée. En Italie, elle croise un robot qui peut maintenant apprendre par lui-même, et donc dépasser les applis qu’on lui a téléchargées. À Londres, un prototype est commandé par la pensée, à l’aide d’un casque d’écoute. Possibilité fabuleuse : venir en aide à des handicapés.

Et au Japon, où la population est vieillissante, les robots sont vus comme les futurs assistants des personnes âgées, qui les aideront à prendre leurs médicaments, à nettoyer leur maison, à les divertir.

C’est quand, déjà, le futur ?

Rêver le futur / Ma vie avec un robot

Planète +, dimanche à 19 h / Planète +, dimanche à 20 h

1 commentaire
  • Mario Jodoin - Abonné 26 mars 2016 23 h 38

    Anticipation limitée..

    Ce genre d'anticipation repose sur l'hypothèse que les ressources sont illimitée et que le réchauffement climatique ne changera rien. Amusant...