Déclinaisons de machisme

«Macho politico» révise la devise «Liberté, égalité, fraternité  et souligne que le combat pour l’égalité est encore aujourd’hui d’avant-garde.
Photo: Planète + «Macho politico» révise la devise «Liberté, égalité, fraternité  et souligne que le combat pour l’égalité est encore aujourd’hui d’avant-garde.

En mai 2015, quarante femmes signaient la tribune Nous, femmes journalistes en politique dans le quotidien français Libération pour dénoncer le sexisme pratiqué à leur égard, et cela très régulièrement, par des élus de la République. La sortie a fait grand bruit. Pour creuser ce problème persistant, le comédien et animateur Cyrille Eldin a mené une enquête au ton relâché et, disons-le, un peu nombriliste, néanmoins documentée auprès d’hommes et de femmes — politiciennes, journalistes, professeures, militantes — pour recueillir leur version des faits et saisir les nuances de cette égalité malmenée. Quand la frontière du sexisme est-elle franchie ? Pourquoi et comment s’exprime-t-il ? De l’analyse du livre Remanie-moi (2014) signé par Eldin lui-même avec la militante Caroline de Haas à l’analyse de cas éloquents avec la journaliste du Monde Hélène Bekmezian, Macho politico révise la devise « Liberté, égalité, fraternité » et souligne que le combat pour l’égalité, comme dira le député Sébastien Denaja, est encore aujourd’hui d’avant-garde. Planète +, dimanche à 19 h 30

Photo: Unis Le documentaire «Les correspondances du Grand Nord» a été présenté aux derniers Rendez-vous du cinéma québécois.


Écrire le Nord

En 1956, le missionnaire oblat André Goussaert quitte la Belgique pour s’installer au Nunavut. Dans des conditions de voyage et de vie difficiles, il rencontrera des populations inuites et les aidera à s’organiser en coopératives, en villages, en initiatives solidaires alors que règne encore, en ces terres isolées, une grande misère. Dans le documentaire Les correspondances du Grand Nord, présenté aux derniers Rendez-vous du cinéma québécois, deux personnages témoignent : André Goussaert lui-même, qui se remémore sa découverte de cette vaste région où s’amorce, à l’époque, une importante transition, et l’écrivaine Paule Daveluy, avec laquelle l’aventurier a entretenu une longue correspondance au cours de ses missions, cela jusque dans les années 1970. Ces écrits, inédits, recensent le travail quotidien de Goussaert, ses relations avec les populations autochtones et les défis de taille à relever — une histoire, bref, rarement racontée. Unis, dimanche à 20 h

Travail pour robots

Ce vendredi, le cinquième anniversaire de l’accident nucléaire de Fukushima sera souligné. Pour démanteler la centrale et nettoyer le site, un travail qui devrait prendre une quarantaine d’années, la compagnie Tepco fait usage de robots, le travail humain étant impensable dans un environnement aussi radioactif. Le documentaire Des robots au coeur de l’enfer montre le travail dangereux mené par la haute technologie dans la centrale désormais hors d’usage. ICI Explora, vendredi à 21 h