Les distributeurs prennent le grand virage tarifaire

Une vaste consultation auprès des consommateurs avait établi qu’ils jugeaient les règles d’abonnement trop rigides et onéreuses.
Photo: Izabela Habur Getty Images Une vaste consultation auprès des consommateurs avait établi qu’ils jugeaient les règles d’abonnement trop rigides et onéreuses.

C’est le « super mardi » de la télévision canadienne : à partir d’aujourd’hui, 1er mars, le système de distribution de la télévision amorce un grand virage tarifaire. Les câblodistributeurs sont maintenant obligés de fournir un forfait de base à 25 $ ou moins par mois comprenant les chaînes généralistes.

Jusqu’à maintenant, cette « petite base » pouvait coûter jusqu’à 15 ou 20 $ de plus. Le prix pouvait par contre diminuer en combinant différents services (téléphonie, Internet et télévision).

Dans une deuxième phase de mutation, avant le 1er décembre, les fournisseurs devront en plus offrir toutes les chaînes supplémentaires à la carte et en petit bouquet de canaux. Au maximum, une dizaine de chaînes spécialisées pourront être liées.

Ces transformations découlent de décisions annoncées il y a un an par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), gardien des ondes au pays. Une vaste consultation auprès des consommateurs avait établi qu’ils jugeaient les règles d’abonnement trop rigides et onéreuses. L’organisme fédéral a donc forcé la main à l’industrie de la distribution des signaux.

Les impacts du grand bouleversement varient d’une région canadienne à l’autre et d’une compagnie à l’autre.

La conséquence sera vraisemblablement plus importante dans le reste du Canada. Au Québec, certaines compagnies offrent déjà plus de souplesse à leurs abonnés depuis des années.

Voici les informations que Le Devoir a pu obtenir de différents câblodistributeurs :

Cogeco. La compagnie profite des nouvelles règles pour repenser son offre et même son branding. Cogeco Câble Canada est devenu Cogeco Connexion en janvier. Les nouveaux forfaits dévoilés ce matin pour ses clients en Ontario et au Québec s’alignent immédiatement sur les deux exigences fondamentales du CRTC.

« Nous avons vu ces nouvelles règles comme une opportunité, explique Louise St-Pierre, présidente de Cogeco Connexion. Nous en avons profité pour revoir notre marque de commerce, revoir nos offres, faire des sondages auprès de notre clientèle. Nous avons pris le temps de bien travailler et, finalement, je suis assez contente du résultat et je suis plutôt positive. Parce qu’au fond, si on offre au client ce qu’il veut, il va rester avec nous. »

Les abonnés peuvent donc dorénavant bénéficier du « petit forfait d’entrée » qui comprend des chaînes canadiennes, locales et régionales (Radio-Canada, TVA, etc.), des chaînes à distribution obligatoire (comme CPAC) et des réseaux communautaires et éducatifs. Cogeco Connexion inclut aussi (sans en avoir l’obligation) les grands réseaux américains historiques (ABC, NBC, CBS et PBS).

La refonte offre au client un service baptisé « Mon Mix » qui permet de personnaliser les assemblages en bouquets de 10, 15, 20 ou 30 chaînes au Québec. En Ontario, le maximum grimpe à 40. Le fournisseur introduit des forfaits préassemblés à prix avantageux.

Cogeco Connexion permet immédiatement l’abonnement à la carte, une chaîne à la fois. Les négociations entreprises au cours de derniers mois avec les réseaux permettent déjà de sélectionner à la pièce parmi une soixantaine de propositions au Québec et 110 réseaux en Ontario. Le coût varie de 3,50 $ à 6 $ par choix.

La compagnie dessert autour de 765 000 abonnés. Les sondages auprès de cette clientèle laissent penser qu’environ 60 % ne modifieront pas leurs abonnements et que 30 % vont consulter les nouvelles offres. Ce qui ne laisse qu’un abonné sur dix affichant une intention plus nette de modifier sa sélection.

Vidéotron. La compagnie centrale de Québecor avoue que les nouvelles règles passent d’autant plus facilement que ses clients bénéficiaient déjà largement des mesures réclamées par le CRTC. « C’est peut-être plus facile à implanter chez nous puisque la nouvelle politique est fortement inspirée de ce qui nous faisons déjà », dit Marie-Ginette Lepage, vice-présidente marketing, distribution, exploitation des contenus de Vidéotron. « Nous offrons la flexibilité à nos clients depuis maintenant plus de quinze ans. »

La « petite base » de Vidéotron était déjà tout près du seuil à 25 $ et des « changements mineurs » permettent de respecter entièrement la contrainte, dit Mme Lepage. La sélection à la carte figure au menu pour les bouquets personnalisés de 30 chaînes. Des négociations en cours avec certaines chaînes pourront permettre cette année d’étendre le service à la carte sur l’ensemble des chaînes.

Bell. La compagnie lance un nouveau forfait de départ à 24,95 $, avec 22 chaînes. Les clients peuvent ensuite personnaliser leur forfait ou opter pour des sélections concoctées par l’entreprise. Il a été impossible de savoir quand le géant des télécommunications entendait se conformer à l’exigence concernant la sélection à la carte.

Nous avons vu ces nouvelles règles comme une opportunité. Nous en avons profité pour revoir notre marque de commerce, revoir nos offres, faire des sondages auprès de notre clientèle.