Tirer profit des migrants

Ce documentaire commence son parcours sur l’île de Kos, en Grèce, tout près des côtes turques, une porte d’entrée pour les Syriens qui fuient leur pays en guerre.
Photo: Télé-Québec Ce documentaire commence son parcours sur l’île de Kos, en Grèce, tout près des côtes turques, une porte d’entrée pour les Syriens qui fuient leur pays en guerre.

Le business des migrants, c’est plus rentable que le trafic de drogue. Cette phrase-choc a été prononcée par un mafieux italien mis sur écoute par la police, actuellement au coeur d’un vaste scandale de corruption en Italie. Faire de l’argent sur le dos des migrants qui déferlent actuellement sur l’Europe, c’est un sujet plutôt tabou.

Ce documentaire de France Télévisions commence son parcours sur l’île de Kos, en Grèce, tout près des côtes turques, une porte d’entrée pour les Syriens qui fuient leur pays en guerre. Dès leur arrivée, des citoyens s’emparent de leurs bateaux de fortune pour les revendre. Ensuite, des hôteliers leur offrent des chambres et se frottent les mains devant cette manne inespérée. Puis des agences de voyages ouvrent des lignes d’autobus pour les envoyer à Athènes.

La façon dont la Grèce tire profit des migrants est bien primitive comparée à ce que fait I’Italie, où des centres d’accueil ont été privatisés et ont permis à des entreprises d’empocher de juteuses ristournes sur chaque migrant hébergé. Sans parler des fonctionnaires qui laissent traîner les dossiers pour mieux se servir au passage, et des agriculteurs qui fonttravailler les migrants dans les champs dans des conditions esclavagistes. Comme le dit l’adage, « là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie »

Le business des migrants

Télé-Québec, lundi à 20 h