Les confessions de Pinard

«Je vous salue Pinard» prend la forme d’une longue entrevue.
Photo: Canal D «Je vous salue Pinard» prend la forme d’une longue entrevue.

Daniel Pinard a 73 ans, et, lorsqu’il se regarde dans le miroir le matin, il se demande qui est ce vieil homme qui le dévisage.

C’est ainsi que s’ouvre Je vous salue Pinard, qui prend la forme d’une longue entrevue. Pas de films d’archives, pas d’entrevues avec d’autres personnes : un face-à-face, tout simplement, entre Daniel Pinard et le réalisateur Francis Legault, qui se met en scène dans le film, en train de préparer les rencontres. Pinard, qui est très connu pour ses émissions de cuisine mais qui a fait bien d’autres choses dans la vie, se raconte abondamment même si, comme il le dit lui-même, il avait cessé de faire de la télévision parce qu’il trouvait que « les vieux prennent trop de place ».

Tout y passe : l’enfance difficile, la polio, la découverte de son homosexualité, la rage contre ses parents, la véritable naissance au Brésil où il a découvert qu’il pouvait « avoir un corps, être libre, heureux », la découverte que la cuisine « c’est la liberté », ses états dépressifs, son alcoolisme, bref pour quelqu’un qui voulait rester discret, l’homme est très prolixe et multiplie les coups de gueule envers les curés, l’information continue, la médicalisation à outrance, la pauvreté, les inégalités sociales, et ainsi de suite…

Je vous salue Pinard

Canal D, dimanche à 22 h