Le retour des sentinelles

La nouvelle version des «Sentinelles de l’air», en animation 3D et prise de vue réelle, offre une qualité visuelle fort réussie.
Photo: Télé-Québec La nouvelle version des «Sentinelles de l’air», en animation 3D et prise de vue réelle, offre une qualité visuelle fort réussie.

Pour bien des marmots des années 1960, Thunderbirds (Les sentinelles de l’air) est une série mythique. Les Britanniques Sylvie et Gerry Anderson avaient développé un procédé intitulé « Supermarionation », un système de marionnettes à fils comportant des composants électroniques, et après quelques séries pour enfants, leur système avait trouvé son aboutissement en 1965-1966 avec Thunderbirds. Cette série de science-fiction mettait en scène une organisation secrète, Sécurité internationale, qui intervenait sur les lieux de sinistres, sur terre, sous l’eau, dans l’espace. Pour réussir ces missions, les héros de l’histoire, les cinq frères Tracy, utilisaient des véhicules spectaculaires.

Tout, dans cette série, était travaillé au poil : scénarios pleins de rebondissements, musique d’une redoutable efficacité, qualité des marionnettes, intérêt pour la technologie, bref, les jeunes en redemandaient… d’autant plus qu’ils étaient inondés de produits dérivés. Gerry Anderson avait développé par la suite une série avec de vrais comédiens, Cosmos 1999. Cinquante ans plus tard, voilà que des producteurs ont créé une nouvelle version des Sentinelles de l’air, avec animation 3D et prise de vue réelle, dont la qualité visuelle est fort réussie. Télé-Québec fait partie des 40 diffuseurs dans le monde à avoir acquis les droits de la nouvelle mouture. Le réseau y va d’une stratégie risquée : une diffusion en soirée le week-end pendant les Fêtes. Les admirateurs vieillissants de la série originale jetteront peut-être un coup d’oeil, mais le vrai enjeu consiste à savoir si les jeunes d’aujourd’hui (la série est ciblée pour les 5 à 11 ans), qui en ont vu d’autres, s’intéresseront à ces histoires.

Les sentinelles de l’air

Télé-Québec, samedi et dimanche à 20 h