Génération «like»

La réalisatrice Sophie Lambert s’est intéressée à la façon dont la jeune génération vit ses amours dans l’univers numérique.
Photo: Télé-Québec La réalisatrice Sophie Lambert s’est intéressée à la façon dont la jeune génération vit ses amours dans l’univers numérique.

Ils sont accrochés à leur mobile. Ils magasinent leurs relations à travers les réseaux sociaux et les applications des sites de rencontre. Facebook, pour eux, c’est un bar, un bar où l’on va piger la rencontre d’un soir. Et Instagram sert à vendre son look. Pour rencontrer l’âme soeur, il faut savoir gérer son image numérique. Si quelqu’un « like » ton profil, tout devient possible.

La réalisatrice Sophie Lambert s’est intéressée à la façon dont la jeune génération vit ses amours dans l’univers numérique. Elle a d’abord rencontré 80 célibataires, pour en choisir six, de 18 à 24 ans, qu’elle a suivis pendant huit mois. L’amour au temps du numérique est donc un véritable docuréalité, diffusé sur deux soirées, qui permet d’entrer dans leur intimité, d’avoir accès à leurs rêves, à leurs échecs. Comme toutes les générations précédentes ils rêvent de l’amour véritable, ils veulent des enfants. Ce n’est pas si différent. Mais leur univers, lui, est tellement différent…

Culte de l’image, gestion de son image en ligne, amitiés sexuelles et, surtout, une véritable culture de la consommation des partenaires. L’univers numérique multiplie les possibilités de rencontres réelles. Donc, quand on rencontre un nouveau partenaire, on se demande constamment s’il n’y en a pas un autre ailleurs, « en mieux ». Et l’amour véritable ? Ils le cherchent, encore et toujours.

L’amour au temps du numérique

Télé-Québec, lundi et mardi à 21 h