L’obsession du «gun»

Tuerie à Columbine. Tuerie à Sandy Hook. Tuerie à Tucson. Depuis 15 ans, ces massacres ont traumatisé les Américains, ont suscité une énorme émotion et ont soulevé les éternelles questions sur le contrôle des armes. Pourquoi, après de telles tueries, après une telle indignation dans la population, rien n’a été fait pour mieux contrôler la vente des armes ? Une seule réponse à cette question : la National Rifle Association (NRA). Cette association, qui revendiquait cinq millions de membres en 2013, est devenue le plus puissant groupe de pression à sévir à Washington.

L’excellente émission Frontline de PBS s’est penchée sur l’histoire de la NRA et sur ses stratégies. Dans les années 1960, elle était plutôt inoffensive : elle enseignait au public comment entreposer ses armes de façon sécuritaire… Le grand tournant se produit à la fin des années 1970, lorsque des conservateurs républicains prennent le contrôle du groupe pour en faire un outil politique. Le documentaire, vraiment intéressant, explique que le combat de la NRA ne concerne plus uniquement la défense des armes, mais devient aussi prétexte à un discours politique sur les droits fondamentaux et le patriotisme. Depuis 15 ans, ses stratégies pour contrer toutes les tentatives réglementaires donnent froid dans le dos : démagogie, harcèlement des élus, puissance financière… L’émission estime que c’est l’acharnement de la NRA contre Al Gore, en 2000, qui lui a fait perdre l’élection présidentielle contre George W. Bush.

Les grands reportages

RDI, mercredi à 20 h