Le gala des prix Gémeaux de la réconciliation

La série humoristique «Les Beaux malaises» en nomination 18 fois repart avec huit prix, dont quatre d’interprétation (dont Martin Matte). 
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir La série humoristique «Les Beaux malaises» en nomination 18 fois repart avec huit prix, dont quatre d’interprétation (dont Martin Matte). 

Les grandes égarées de la télé sont rentrées au bercail et elles y ont été reçues dans les honneurs. L’auteure-productrice Fabienne Larouche et l’animatrice-productrice Julie Snyder, qui boycottaient le concours depuis des années, ont fait concourir leurs productions dans le 30e gala des Gémeaux où elles ont remporté plusieurs récompenses prestigieuses.

 

La série Les Beaux malaises a aussi marqué la soirée. La série humoristique de TVA en nomination 18 fois repart avec huit prix, dont quatre d’interprétation (dont Martin Matte et Julie Le Breton), un pour réalisation (Francis Leclerc) et un autre pour les textes (Martin Matte et son mentor Francois Avard).

 

La chicane télévisuelle avait jusqu’ici privé la série dramatique annuelle Unité 9 et la série dramatique quotidienne 30 Vies de trophée (sauf dans la catégorie Coup de cœur du public). Les deux productions de la maison Aetios de Fabienne Larouche repartent maintenant avec le titre de meilleure série dans leur catégorie respective.

 

« Je ne peux pas remercier mon auteur puisque c’est moi », a ironisé Mme Larouche en recevant le prix pour 30 Vies. Elle a rappelé qu’elle écrivait 42 pages par jour depuis vingt ans.

 

Variétés

Les Productions J, maison fondée par Julie Snyder, repart avec le trophée de la meilleure série de variétés ou des arts de la scène. Dans ce cas pour La Voix, émission la plus populaire des écrans québécois, en fait, comme l’a soulignée l’ex productrice au micro, la plus populaire en part de marché sur les 58 marchés nationaux où est présentée The Voice. En même temps, aux États-Unis, la version américaine recevait d’ailleurs un prix Emmy, les Gémeaux de là-bas…

 

Mme Snyder a eu l’honneur de remettre le premier prix de la soirée, à Julie Le Breton, pour son premier rôle dans la comédie Les Beaux Malaises. L’animatrice était accompagnée à la soirée par son mari, Pierre Karl Péladeau, chef de l’opposition officielle à Québec.

 

Le volet télédiffusé dimanche soir par ICI Radio-Canada Télé, distribuait seize trophées, jugés les plus prestigieux ou les plus populaires. La manne équilibrée a balancé entre les réseaux et les vedettes à l’image d’une télévision foisonnante qui voit la qualité jaillir un peu partout.

 

Duo suractif

Cette soirée, courue par le gratin du star system québécois, était confiée à un duo de suractifs multidoués, Véronique Cloutier et Éric Salvail. Ce dernier a participé des deux bouts en allant lui-même chercher le prix pour la meilleure animation d’un talk-show, dans son cas pour En mode Salvail de V. Il a reçu le trophée du nouveau capitaine du Canadien, Max Pacioretty, chaudement accueilli par les gens de télé.

 

Les habitués des récompenses dans la portion des interprétations ont encore touché le gros lot. Claude Legault, fort de 30 nominations et seize trophées en carrière repart encore avec le trophée du premier rôle masculin pour son incarnation de l’agent Chartier dans 19-2. De même, Guy Nadon, autre habitué des remises de prix depuis quelques années, l’emporte pour son premier rôle dans O’. Sophie Lorain, autre chouchou du public, reçoit les lauréats pour son interprétation dans Au secours de Béatrice
 

Par contre Macha Grenon reçoit son premier Gémeaux d’interprétation. Elle a incarné une touchante mère mourante dans Nouvelle adresse.

 

En avant-première

Le gala télévisé n’est que la pointe de l’iceberg d’une distribution de prix boulimique. Le télé-crochet La Voix avait été récompensé dans la portion Avant-première pour sa réalisation dans la section des variétés. Productions J a également reçu un prix pour la réalisation dans la catégorie des Jeux ou Talkshow, dans ce cas pour L’été Indien que Mme Snyder animait avec le Français Michel Drucker.

 

Aetios a aussi touché l’or hors-d’ondes. Sa production carcérale Unité 9 est encensée pour sa réalisation (Jean-Philippe Duval) et deux interprétations de soutien (Luc Guérin et Micheline Lanctôt). L’émission scolaire prend les honneurs pour sa réalisation (Nadine Méthot), un rôle de soutien masculin (Sébastien Huberdeau) et puis des textes de Mme Larouche elle-même.

 

C’était donc encore plus sa soirée. Ces lauriers pourront d’ailleurs lui faire oublier un peu les problèmes rencontrés sur deux de ses nouveaux plateaux de tournage au cours des dernières semaines. Des techniciens et des comédiens ont dénoncé des conditions de travail sous pression et la productrice a du revoir certaines manières de faire.

 

En recevant le prix pour la meilleure comédie (Les Beaux malaises), Martin Matte a osé aborder le problème. « Quand on coupe et qu’on met la vie de nos techniciens en danger, c’est inacceptable », a-t-il dit après avoir célébré l’harmonie qui prévaudrait sur son plateau. M. Matte est revenu sur scène pour le prix du premier rôle dans une comédie.

 

Les gagnants de la soirée

Meilleure série dramatique saisonnière (2 à 13 épisodes)
19-2

Meilleure série dramatique annuelle (14 à 26 épisodes)
Unité 9

Meilleure série dramatique quotidienne (27 épisodes et plus)
30 vies

Meilleure comédie
Les beaux malaises

Meilleure série de variétés ou des arts de la scène
La Voix

Meilleur premier rôle masculin: série dramatique saisonnière
Claude Legault - 19-2

Meilleur premier rôle masculin: série dramatique annuelle
Guy Nadon - O’

Meilleur premier rôle masculin: comédie
Martin Matte - Les beaux malaises

Meilleur premier rôle féminin: série dramatique saisonnière
Macha Grenon - Nouvelle adresse

Meilleur premier rôle féminin: série dramatique annuelle
Sophie Lorain - Au secours de Bétatrice

Meilleur premier rôle féminin: comédie
Julie Le Breton - Les beaux malaises

Meilleur premier rôle: jeunesse
Éric Paulhus - Les argonautes

Meilleure animation: humour, série ou spéciale de variétés
Jean-René Dufort - Infoman

Meilleure animation: jeu, téléréalité
Alexandre Barrette - Taxi payant

Meilleure animation: émission ou série d’entrevues ou talk-show
Éric Salvail - En mode Salvail

Meilleure animation: affaires publiques, magazine d’intérêt social
Alain Gravel - Enquête


À voir en vidéo