Attention, télé touchante et comique

Karine (Catherine-Anne Toupin) et Patrick (Antoine Bertrand) incarnent un couple qui retourne habiter dans le sous-sol des parents de Patrick.
Photo: TVA Karine (Catherine-Anne Toupin) et Patrick (Antoine Bertrand) incarnent un couple qui retourne habiter dans le sous-sol des parents de Patrick.

L’argument de base de cette nouvelle émission comique de TVA est tellement simple qu’on se demande pourquoi personne n’y avait songé avant. Boomerang montre les conséquences d’un retour à la maison familiale d’un enfant qui volait de ses propres ailes depuis des années.

Le Tanguy ne décroche pas de chez papa-maman. Le boomerang raccroche. Et selon une enquête toute récente, 43 % des jeunes adultes québécois de moins de 30 ans sont hébergés gratuitement par leurs parents.

Dans ce cas, Karine (Catherine-Anne Toupin) rapplique avec son conjoint Patrick (Antoine Bertrand) dans le sous-sol non fini de ses parents (joués par Marc Messier et Marie-Thérèse Fortin). Pas de chichi ni de flonflon, le punch est donné dès les premières images montrant le couple de trentenaires devant leur restaurant qui vient de faire faillite.

Le reste, le très bon reste, en découle. Le père de Karine apprend que sa femme a endossé en secret un prêt bancaire de 80 000 $ à sa restauratrice de fille. Sa soeur Stéphanie (Magalie Lépine-Blondeau), beauté désespérée, s’en mêle. Et le quotidien de tout le monde s’embrouille, évidemment.

La bonne, la très bonne idée appartient à Mme Toupin. Elle l’a soumise à TVA il y a quatre ans, en s’inspirant d’une situation réelle autour d’elle. Un pool d’auteurs a patiemment développé le projet, et ça paraît. Le réalisateur Charles-Olivier Michaud, lui-même un temps boomerang après ses études en Californie, avoue s’être un peu inspiré de la série américaine Modern Family. Le jeu très maîtrisé des comédiens, dont celui du vrai de vrai couple Toupin-Bertrand, bonifie le tout.

« La comédie, c’est sérieux », a résumé Antoine Bertrand jeudi, après la projection de presse. « Il faut travailler fort pour y réussir. » Sa conjointe a préféré citer la prochaine une du magazine à potin 7 jours, qui leur est consacrée : « Il n’y a pas d’ego entre nous. »

Plus sérieusement, elle a aussi expliqué qu’elle voulait « parler d’un couple amoureux », même et surtout dans l’adversité. « Je voulais aussi que la vérité de la situation soit plus importante que le gag. » Mission accomplie.

Encore une fois, l’humour intelligent prouve sa force sinon critique au moins subtilement analytique. Karine et Patrick tendent un miroir déformant à tous les adultes un peu égarés dans notre société performante comme aux nouvelles relations intergénérationnelles.

Une deuxième saison est déjà tournée. La diffusion des douze premiers épisodes commence lundi, à 19 h 30, dans la case horaire dominée jusqu’ici par Les Parent à Radio-Canada, qui en est à sa dernière saison. Dans un sens, Boomerang dessine un des avenirs possibles d’un des enfants de la petite famille parfaite de l’autre chaîne. Une bonne idée toute simple pour un spin off si Boomerang ne l’avait pas déjà eue…

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.