Musique Plus et MusiMax ne produiront plus leurs contenus à l’interne

Le groupe V a décidé de confier toute la production originale qui sera diffusée à Musique Plus et à MusiMax à des productions indépendantes.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le groupe V a décidé de confier toute la production originale qui sera diffusée à Musique Plus et à MusiMax à des productions indépendantes.

Le groupe V a dû licencier 23 employés permanents lundi, dans le cadre de la création d’un nouveau modèle commercial, qui mettra un terme à la production interne des chaînes Musique Plus et MusiMax dès le 27 mars prochain. Le groupe V a en effet décidé de confier toute la production originale qui sera diffusée sur les chaînes à des productions indépendantes, pour faire des économies liées à des crédits d’impôt. Il procède en ce sens de la même façon qu’il l’avait fait lors du rachat de la chaîne de Télévision Quatre-Saisons (TQS).

Le groupe V compte mettre en ondes sa nouvelle grille horaire dès le début de l’été.

Déjà, avant les Fêtes, deux émissions avaient été retirées de la grille horaire, Hauts-Parleurs, avec entre autres Nicolas Titley, et M. Net, avec Denis Talbot, et une vingtaine d’employés avaient été mis à pied. Présentement, la grille horaire de Musique Plus et de Musimax compte environ 45 % de contenu original. Dans la prochaine grille, le contenu original, produit cette fois par des producteurs indépendants, devrait compter de 40 à 45 % de la programmation.

La direction de V a conclu une entente avec le syndicat des employés de Musique Plus et de Musimax. Cette entente a été adoptée par les membres du syndicat lors d’une assemblée tenue samedi dernier. Les personnes licenciées le seront en vertu de la convention collective.

Selon Luc Doyon, vice-président et chef d’exploitation chez V, le lancement de ce nouveau modèle commercial pourrait cependant, à terme, permettre la production de davantage de contenu original. V souhaite en effet ainsi « atteindre des objectifs d’écoute, de ventes publicitaires et de résultats financiers », et « s’adapter à un marché en pleine évolution ».

La production interne existe à Musique Plus depuis les débuts de la chaîne en 1986. Le processus en cours est en réflexion « depuis des mois », dit Luc Doyon. En fait, soutient-on chez V, le groupe s’est précisément porté acquéreur de ces chaînes pour les relancer. « En faisant l’acquisition de MusiquePlus inc., Groupe V Média avait un objectif, celui de créer un modèle d’affaires unique au pays, dont le but est de travailler de façon intégrée la programmation, le développement et la promotion des trois chaînes complémentaires », lit-on dans le communiqué. Le groupe V dit vouloir « relancer deux chaînes de télévision mythiques qui ont marqué l’imaginaire de plusieurs générations. Il est désormais temps de regarder vers l’avant et d’innover ». M. Doyon ajoute que le modèle commercial actuel des chaînes est en vigueur depuis plus de 30 ans et qu’il est désuet.

À la suite de l’annonce de la nouvelle, l’ensemble du personnel de Musique Plus a été prié de quitter les locaux pour l’après-midi lundi.

M. Doyon n’a pas exclu la possibilité que certaines têtes d’affiche de Musique Plus ou de Musimax, ainsi que des membres du personnel qui viennent d’être licenciés, soient réemployés par les producteurs indépendants qui feront désormais le contenu original des chaînes. Mais il n’y a pas de clause de la convention collective à ce sujet. Les émissions existantes ne pourront pas être reprises telles quelles, mais, selon M. Doyon, il y aura possibilité de soumettre des idées nouvelles ou de « réinventer » ce qui se fait présentement.

Peut-être est-ce pour se garder des portes ouvertes chez V ? Aucun des employés qui ont licenciés aujourd’hui n’a rappelé Le Devoir pour commenter l’événement. Les chaînes Musique Plus et MusiMax comptent présentement 218 employés, en plus des 23 qui ont été licenciés lundi.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.