UNIS: une nouvelle chaîne pour le Canada français est née

Parmi les émissions produites en Ontario, la plus représentative de la mission de la chaîne est sans doute le magazine Couleurs locales, tout consacré aux <em>«sujets qui interpellent les francophones»</em>.
Photo: UNIS Parmi les émissions produites en Ontario, la plus représentative de la mission de la chaîne est sans doute le magazine Couleurs locales, tout consacré aux «sujets qui interpellent les francophones».

Du neuf en français pour les téléspectateurs francophones du Canada, et pas seulement originaires du Québec : voilà une initiative plus que bienvenue en ces temps de compressions budgétaires qui réduisent à une peau de chagrin la production de contenus originaux par les antennes régionales d’ICI Radio-Canada, y compris les stations situées en milieu « minoritaire ». Un peu plus d’un an après avoir obtenu le feu vert du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour mettre en branle ce projet de chaîne destinée aux francophones partout au Canada, TV5 lance sa petite soeur nommée UNIS avec un gala d’inauguration ce lundi soir en direct de Winnipeg.

 

Et à quoi ressemblera cette nouvelle chaîne aux prétentions nationales ? Dans la mer de chaînes spécialisées qui peinent parfois à attirer l’auditoire visé, UNIS ressemble à une chaîne généraliste sans coûteux service de nouvelles : des productions originales, pour la plupart des magazines ou documentaires, une émission jeunesse, un jeu-questionnaire, plusieurs acquisitions québécoises et canadiennes, et quelques séries américaines de renom, qui ont déjà connu leur heure de gloire en français sur des chaînes d’ici.

 

Quelque chose qui ressemble à la programmation d’un réseau dit traditionnel, mais offert sur une chaîne câblée d’un océan à l’autre, dans le forfait de base de tous les câblos.

 

Alors, à qui s’adresse donc cette autre chaîne ? Tout d’abord aux francophones hors Québec qui n’ont accès qu’à une des composantes du réseau d’ICI, à ceux qui ont accès à un peu plus, mais qui ne se retrouvent pas trop dans la programmation souvent très québéco-centriste, voire montréalo-centriste, qu’on leur offre. Et probablement aux Québécois qui sont curieux de voir ce qui peut se faire en télévision francophone ailleurs au Canada, et tout particulièrement de l’autre côté de la rivière des Outaouais. Car il faut le dire, cette première saison donne surtout à voir des productions ontariennes et québécoises.

 

Au menu original

 

Parmi les émissions produites en Ontario, la plus représentative de la mission de la chaîne est sans doute le magazine Couleurs locales (dimanche, 10 h, dès le 21 septembre), tout consacré aux « sujets qui interpellent les francophones », comme l’explique le communiqué de présentation, mais aussi aux enjeux nationaux. Frédéric Choinière (Les verts contre-attaquent, Volt) en assure l’animation. Une édition spéciale sera d’ailleurs présentée tout de suite après le gala d’inauguration.

 

Deux autres productions originales répondent expressément au mandat « pancanadien » de la chaîne. Ma caravane au Canada (jeudi, 20 h), des virées gourmandes et culturelles présentées jadis sur TV5, revient avec Vincent Gratton, qui a un nouvel acolyte en la personne du chanteur franco-ontarien Damien Robitaille, tandis que Canada plus grand que nature (mercredi, 20 h) nous invite à découvrir « les plus beaux parcs canadiens » en compagnie du comédien Patrick Hivon.

 

Il y a heureusement quelques séries qui ne « suintent » pas ce mandat politique, des émissions sur un mode très léger comme Fous des animaux (jeudi, 19 h 30), qui trace des portraits d’amoureux d’animaux de compagnie singuliers, le magazine Vu de l’intérieur (mercredi, 19 h 30), qui, comme son nom l’indique, donne à voir de belles maisons et s’intéresse aux dernières tendances en design d’intérieur. In Chalet (lundi, 19 h 30) baigne dans les mêmes eaux, quoiqu’un peu plus champêtre, en nous faisant découvrir de belles résidences secondaires.

 

Ajoutez à cela une émission culinaire « marine » avec Giovanni Appolo, le chef habituellement en résidence à V (Appolo à la mer, vendredi, 19 h 30), un jeu-questionnaire simplissime selon la formule « vous répondez correctement à trois questions et vous gagnez trois cents piasses » (Pense vite !, tous les soirs, à 19 h) et un jeu qui fait appel autant aux connaissances qu’aux capacités intellectuelles et physiques des jeunes du primaire (5e élément). L’ensemble, enfin de ce que l’on a pu voir pour l’instant, semble de bonne tenue, rien d’exceptionnel, du conventionnel bien fait, mais rien pour révolutionner la télévision. Une seule production sort réellement du lot : Balade à Toronto (mardi, 19 h 30), une cousine de la fesse gauche de BRBR à TFO et de feu Mange ta ville dans la facture visuelle. Cette série de portraits de musiciens émergents francophones de différents coins du Canada en vadrouille créative dans la Ville reine, sans narration ni animateur, laisse toute la place à la musique et aux propos éclairants de ces jeunes pousses pour la plupart méconnues du bataillon. De la télé « canadienne-française » comme on en voudrait plus, d’autant que ça se trouve sur une chaîne qui est censée s’adresser aux francophones d’un océan à l’autre... Les quelques lignes que l’on a pu lire sur certaines émissions qui seront présentées cet hiver et au printemps prochain laissent espérer que ce sera le cas. On y reviendra en temps et lieu.

 

Et des rediffusions...

 

La programmation originale n’étant pas suffisante pour remplir tout le temps d’antenne, il a bien fallu sélectionner quelques émissions déjà présentées ailleurs…

 

Dans cette catégorie, on peut classer Destination Nor’Ouest, téléréalité qui reproduit le périple des chercheurs d’or déjà diffusée à TVA, Les pieds dans la marge, jadis en fin d’après-midi à ICI Radio-Canada, et Coureurs des bois, présentée il y a quelques années à Télé-Québec.

 

Quelques fictions canadiennes font également partie de ce lot : L’ombre de l’épervier, Willie, Fortier, Cap Random et Rural.com, Randam et même Quelle famille !.

 

Les nostalgiques de succès américains des années 1980, 1990 et 2000 seront servis, puisqu’ils pourront revoir ou faire découvrir les séries-cultes que sont devenues Six pieds sous terre, Les années coup de coeur, La famille Adams, Alfred Hitchcock présente et Malcolm. Les grands enfants pourront même initier les plus petits aux plaisirs de l’histoire grâce à la série animée Il était une fois l’homme. On a déjà vu pire comme sélection de « vieux stock »...

 

Soulignons pour conclure qu’UNIS consacre sa soirée du dimanche au cinéma documentaire et de fiction d’ici, une tendance qui se perd sur d’autres chaînes qui avaient pourtant ce mandat.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

UNIS

En ondes le lundi 1er septembre à 19 h. Pour consulter la programmation : http://unis.ca/ Position de la chaîne au Québec : Bell Fibe : 141 (1141 HD) Vidéotron : 89 (689 HD)