Mal lui en prit

Pendant qu’un homme et une femme font l’amour, leur bambin décide de partir en vadrouille... du côté de la fenêtre qui surplombe la cour, plusieurs mètres plus bas. Ravagée par la douleur, la mère plonge dans une profonde dépression. Thérapeute, le mari est convaincu qu’il peut faire mieux que les psychiatres de l’hôpital. Voilà donc le couple isolé dans son chalet en montagne, un lieu nommé Éden entouré d’une forêt luxuriante. Certain que ses théories viendront à bout de l’état de sa femme, l’époux ne parvient au contraire qu’à instiller en elle des pulsions névropathes de plus en plus incontrôlables.

 

Raconté ainsi, Antéchrist pourrait aisément passer pour un film d’horreur. Ce qu’il est à plusieurs égards. Or le dessein du cinéaste danois Lars von Trier n’est manifestement pas de susciter la peur, mais la réflexion. Si les moyens qu’il prend pour arriver à ses fins peuvent dégoûter, il n’en demeure pas moins que cette oeuvre d’une noirceur éthérée s’imprime d’une manière indélébile dans la mémoire.

 

Divisant son film en chapitres, comme d’habitude, Lars von Trier tourne ici le dos aux préceptes de son Dogme 95 et revient à un amalgame esthétique plus proche de ses premières oeuvres (L’élément du crime, Europa), celles-ci fortement inspirées par Tarkovski, à qui Antéchrist est justement dédié. Il en résulte une facture où le poétique côtoie le macabre.

 

On nage en plein onirisme et le symbolisme est à l’avenant : l’homme représente la science et ses oeillères, et la femme, la nature et ses débordements (comme dans le subséquent Melancholia). Imbu de son savoir, le premier croit pouvoir domestiquer la seconde : mal lui en prend. Cela fait-il de Von Trier un misogyne ?

 

Le personnage défendu par Charlotte Gainsbourg (prix d’interprétation à Cannes et vedette de Nymph()maniac, présentement à l’affiche) pète un plomb et certains éléments suggèrent qu’elle était un monstre bien avant de sombrer dans la folie. Et le mari, ce Prométhée moderne investi de la lumière divine ? Ne serait-il pas celui qui, par ses manipulations, a créé ce monstre ?

À voir en vidéo