À voir le vendredi 31 janvier - De grandes prestations

Le titre de cette série colle particulièrement bien à cette adaptation filmique de la pièce de théâtre Barrymore, un succès de Broadway, d’abord présenté au festival de théâtre de Stratford, qui a ravivé l’étoile de l’acteur canadien Christopher Plummer en 1997. D’abord parce que l’oeuvre en soi constitue un magnifique portrait d’une légende américaine de la scène, ensuite parce que la vedette de The Sound of Music et de The Beginners y brille de façon exceptionnelle. La réalisation fort inventive et soignée vient renforcer l’idée qu’on a droit à un chef-d’oeuvre scénique dans sa manière de ne laisser aucune chance au téléspectateur de décrocher.

Le plus surprenant arrive lorsqu’on s’attarde au générique et qu’on constate que l’homme derrière cette adaptation est le réalisateur québécois Érik Canuel. Ce n’est pas qu’on doute du talent du réalisateur de Bon cop, bad cop, de Lac Mystère et des premiers épisodes de la série Les jeunes loups.

Il faut toutefois avouer qu’avec cette version cinéma-tographique d’un quasi-solo scénique, il étonne agréablement et laisse espérer qu’on lui offre d’autres occasions de ce genre. Des occasions rares, il faut le reconnaître, les «ciné-théâtres» n’étant pas légion au grand écran. Car il s’agit bien de cela: à quelques scènes près, Christopher Plummer incarne le personnage de John Barrymore, légende hollywoodienne issue de la dynastie théâtrale du même nom, tel qu’il le faisait à Broadway, dans un vrai théâtre, que le réalisateur arrive à mettre en valeur de belle façon. 

Plummer parvient à rendre toute la verve et l’exubérance du vieil acteur hollywoodien au bout de sa vie, en répétition pour un grand retour sur scène en Richard III, retour qui n’a toutefois jamais lieu. Entre deux verres de whisky et quelques répliques que lui glisse son souffleur, ce petit-fils, fils et frère d’acteurs, plusieurs fois divorcé et alcoolique, se raconte, et renvoie ainsi le spectre des sombres personnages shakespeariens qui ont fait sa renommée jadis.

Il y a de bien belles prestations à savourer, de toutes parts, dans ce «ciné-théâtre», comme on aimerait en voir plus souvent.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.