À voir le mardi 28 janvier - L’obsession raciale

L’obsession maladive d’Adolf Hitler pour la supposée «pureté» raciale est bien connue. Pour lui, le sang aryen était sacré, il fallait absolument le protéger du sang des «races inférieures», juive et autres. Une folie nazie par ailleurs d’autant plus douteuse qu’Hitler lui-même était tout simplement incapable de prouver la «pureté» de son propre sang.

Mais l’idéologie ne saurait s’embarrasser des incohérences de ses leaders et penseurs. Les nazis ont donc eu, dès la prise du pouvoir en 1933, l’idée de mettre en place de véritables usines à petits Aryens, enfants sacrés appelés un jour à remplacer les leaders du Troisième Reich.

Ce programme, baptisé Lebensborn, a donc été élaboré par Heinrich Himmler — par ailleurs à l’origine de la Shoah — dans le but de perpétuer le sang «pur». Le régime sélectionne d’abord de futurs parents en Allemagne, tout en prenant soin de bien choisir les participants à ce programme. On met en place des centres de maternité. D’autres centres de reproduction de la race aryenne seront par la suite ouverts en Norvège au cours de la Seconde Guerre mondiale, puis en France et en Belgique.

L’obsession nazie est telle que les enfants qui naissent dans ces centres sont baptisés selon un rituel propre aux meurtriers génocidaires de la SS. L’objectif est clair: dès leur naissance, ces petits Aryens sont perçus comme les futurs défenseurs du Reich. «Ils sont un combattant de plus pour l’Allemagne», dira Himmler. Ceux qui semblent présenter un handicap sont euthanasiés sur-le-champ.

Au total, on calcule que 20 000 de ces enfants sont nés en une dizaine d’années. Seule la retraite allemande stoppera le programme dans les dernières semaines de la guerre. Le documentaire présenté ce soir présente d’ailleurs les témoignages de plusieurs de ces enfants. Des gens qui, dans bien des cas, n’ont su que récemment dans quel contexte ils avaient été conçus.

La honte de leurs parents et leur silence ont succédé aux obsessions raciales qui ont contribué à la plus grande boucherie de l’Histoire.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.