À voir le dimanche 12 janvier - La super mamie

Le documentaire sur Lise Payette ouvre sur une scène étonnante. L’animatrice Sophie Thibault demande à de jeunes cégépiens s’ils connaissent la grande dame. Lise Payette? Heu, c’est la première femme à être allée dans l’espace, avance un étudiant qui confond Lise et Julie, mais aussi Julie et Valentina Terechkova. Les autres gardent un silence un peu gêné.

Tout le reste de l’heure et demie de télé propose de se souvenir de Lise, maintenant octogénaire.

De la communicatrice hors pair que l’homme de télévision Stéphane Laporte décrit comme «l’Oprah Winfrey du Québec des années 1970». De la féministe qui explique au leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois que c’est grâce à elle, enfin grâce à une de ses réformes en tant que ministre de la Condition féminine, s’il porte deux noms. De la scénariste aussi, celle qui a créé plusieurs séries de la fin du XXe siècle, dont Les dames de coeur, avec le célèbre personnage de Jean-Paul Belleau en macho adultère qu’elle a fini par faire aimer malgré elle.

À femme extraordinaire, moyens spéciaux. Le documentaire qui revient sur cette riche carrière sera présenté sur deux réseaux, à Télé-Québec aujourd’hui, puis à TVA au printemps 2014. Il s’agit d’une première collaboration pour ces deux réseaux.

Les balises viennent par paires dans cette bonne aventure. Il a fallu deux producteurs (Productions J et Argus Films) et deux réalisateurs, Jean-Claude Lord et Flavie Payette-Renouf. Cette jeune cinéaste est la petite-fille de la vedette. Elle a été utilisée pour convaincre sa super mamie de se laisser tirer le portrait sur quelque 90 minutes.

La dernière partie fait témoigner Gilles Vigneault, Pauline Marois, Céline Dion, mais aussi le très rare Claude Charron, et les trois leaders étudiants du printemps 2012. C’est franchement la plus faible, ou la plus agaçante, parce qu’elle accentue le volet hagiographique et larmoyant de la production dénuée de sens critique mais bourrée d’information pour comprendre qui est Lise Payette.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.