À voir le vendredi 20 décembre - Pour la suite d’un monde presque disparu

On les voit souvent dans les films de Noël, habituellement accompagnés de leur maître et conducteur, le père Noël, mais rarement porte-t-on réellement attention à ces ruminants du froid, à part peut-être quand il est question de Rudolph, et encore...

Ce magnifique documentaire du Français Hugues Espinasse nous fait rencontrer un troupeau de rennes (surtout des femelles) de très près, celui d’une éleveuse solitaire de la république de Touva, en Russie, une région au nord de la Mongolie qui fut jadis un terreau fertile de ce genre d’élevage, disparu avec la perestroïka et la vie moderne. On y suit la brave Svetlana, veuve d’un éleveur qui se dévoue corps et âme à sa trentaine de bêtes au gré des saisons, du creux de l’hiver de force et de froid jusqu’aux transhumances estivales qui réunissent la famille autour de ce mode de vie nomade millénaire disparu avec la montée de l’Empire soviétique.

Cette exploration socio-ethnologique narrée à la première personne par cette empêcheuse d’oublier les traditions laisse le temps au temps. La caméra patiente d’Espinasse nous montre cette gardienne d’un savoir qui se perd nourrir son cheptel comme on le ferait avec un nourrisson, s’inquiéter de la présence d’un renne sauvage qui met en péril la sécurité de ses protégées et faire appel à des chasseurs et à la chamane du coin pour se débarrasser respectueusement de cet ennemi aux longs bois. On la suit également dans ses «combats diplomatiques» pour assurer la survie de ce métier longtemps emblématique de ce bout du monde, autant auprès des autorités locales qu’à Moscou, lors d’un congrès réunissant ses collègues d’un peu partout dans la grande Russie.

Ce qui est le plus prenant et le plus émouvant reste la naissance d’une nouvelle génération de ces ruminants associés ici à Noël, d’une force incroyable dès les premières minutes de leur vie malgré leur apparente fragilité, mignons au possible quelques jours plus tard, tellement que vous risquez de vouloir en adopter un, et pas seulement pour décorer vos fêtes de fin d’année...

À voir en vidéo