À voir le jeudi 12 décembre - Richard Glenn et la toile du stade olympique

L’actualité et les médias qui l’accompagnent (ou la guident...) placent les êtres et les choses dans la lumière pour un temps plus ou moins long, mettons de 15 à 1,5 million de secondes.

À chacun son tour de célébrité et puis basta, c’est le retour à l’anonymat plus ou moins confortable.

Infoman suit l’actualité, éclaire le monde de son étrange, ironique et critique manière depuis près de 15 ans. L’émission fait et défait les réputations. Elle en a fait passer, des êtres et des choses, de l’ombre à la lumière.

Un diptyque propose maintenant de faire le chemin inverse pour comprendre ce que sont devenues les vedettes, plus ou moins malgré elles. Toutes les personnalités et tous les objets ont été couverts par Infoman, sans toutefois tenir leur gloire de cette médiation.

La semaine dernière, l’émission sur le thème «Que sont-ils devenus?» retrouvait des personnalités atypiques comme les aime cette émission cynique et pourtant sympathique. L’équipe a retrouvé la trace du fondateur du parti République du Québec, Joseph Facal, et sa famille, le chanteur Norman Lamour, le juge Gomery et même Richard Glenn.

Qui ça? Il faut avoir un certain âge pour se rappeler cet hurluberlu moustachu qui sévissait sur les ondes de la télé communautaire montréalaise en animant la très regrettable et non moins regrettée émission Ésotérisme expérimental. Après une condamnation pour une agression sexuelle sur mineur, M. Glenn attend toujours la visite des extraterrestres — ou n’est-ce pas des intraterrestres du mont Saint-Hilaire? demanderont les connaisseurs. L’émission «Que sont-ils devenus?» se trouve maintenant sur la plateforme Tou.tv.

Ce soir, c’est rebelote avec «Qu’est-il advenu de...?». Le superhéros de l’info retourne à Ground Zero, retrouve les lambeaux de la toile rétractable du Stade olympique et même des arbres plantés par des politiciens. On nous promet aussi de révéler si les sous-marins achetés à la Grande-Bretagne, des citrons, fonctionnent enfin et si les algues bleues prolifèrent dans nos lacs. Merci...