À voir le dimanche 20 octobre - La couleur des sentiments

Au cours des années 1970, la Belgique connut une importante vague d’adoption coréenne. Jung en est issu.

 

Épris de dessin dès sa tendre enfance, il devint plus tard bédéiste. Autobiographiques, les deux premiers tomes de sa série Couleur de peau: miel ont servi d’assise au long métrage du même nom, lequel est plus qu’une adaptation et plus qu’un long-métrage d’animation.

 

En effet, des captations en plans réels et des films maison en super 8 émaillent un récit intime (et majoritairement animé) qui relate l’acclimatation houleuse de Jung, gamin, au sein de sa nouvelle famille déjà nombreuse.

 

Quand la tension monte entre sa mère adoptive et lui, quand des souvenirs enfouis émergent ou quand une chape intempestive de désespoir vient masquer son horizon, Jung s’immerge dans son carnet de dessins, son sanctuaire. Page après page, il s’invente des vies tout en essayant de conjurer le début de son histoire: ces premières années de vie dont il ne se souvient pratiquement pas, cette mère biologique inconnue dont il devine la silhouette, parfois...

 

Tour à tour triste, touchante et inspirante, la vie de Jung telle qu’il a choisi de la raconter débouche sur une oeuvre singulière et belle. Que l’auteur ait fini par accepter qu’il méritait un dénouement heureux ne fait qu’ajouter au bonheur tranquille que procure son film.

À voir en vidéo