À voir le lundi 23 septembre - Le langage des plantes

Oubliez ça, l’idée de la plante verte inerte tout juste bonne à finir dans l’assiette. Cette série scientifique sur la nature invisible démontre que les plantes ont la faculté de goûter, d’écouter, de mémoriser et de communiquer. Elle développe même cette audacieuse idée d’un «génie végétal».

 

Cet épisode sur les plantes communicantes se concentre sur la perception de leur environnement par les végétaux. La démonstration utilise les recherches de pointe d’universitaires américains ou européens.

 

Le parcours s’avère franchement aussi troublant que passionnant.

 

Le professeur Stefano Mancuso de l’Université de Florence montre par exemple que le haricot finit toujours par trouver le support qui l’entoure. Lui et d’autres savants ont aussi documenté les avertissements que s’envoient les plants entre eux, à l’aide de molécules, pour signaler un danger, un manque d’oxygène, par exemple, ou pour attirer les prédateurs naturels de leurs ennemis. Le maïs réussit à guider des guêpes vers les chenilles qui les attaquent. Plus étonnant encore, l’intensité des signaux varie selon l’âge de la plante.

 

Pourquoi? Peut-on parler d’une sorte de cerveau végétal? La question déstabilisante revient comme un leitmotiv et les exemples fournis permettent de s’approcher d’une réponse, sans trancher. La biologiste canadienne Susan Dudley de l’Université McMaster a prouvé que si les racines de l’impatiente rencontrent celles d’une autre plante, elle augmente la taille de ses feuilles et sa consommation d’eau pour faire face à la concurrence.

 

Une des clés réside probablement dans les molécules et les récepteurs. Les plantes semblent communiquer par ces moyens. Même les moins évoluées possèdent des centaines de capteurs, alors que l’humain n’en compte qu’une vingtaine.

 

Des savants envisagent même de tirer profit de ces avantages, par exemple pour modifier génétiquement certains végétaux transformés en sentinelles. Dans un aéroport, un arbuste pourrait signaler la présence de drogues, de produits toxiques ou d’explosifs en changeant de couleur. Un chercheur croit possible d’utiliser des plantes à croissance rapide pour cartographier précisément les champs de mines.

 

D’être inerte à moyen d’alerte...