À voir le mercredi 11 septembre - Au bonheur des corbeaux

Le film s’ouvre sur le croassement d’un corbeau perché devant la fenêtre d’un appartement luxueux. Au-dehors, un coup de feu retentit, écho lointain. À l’intérieur, la maisonnée s’éveille. Une femme dans la cinquantaine s’active devant sa coiffeuse. Elle prépare ensuite le petit-déjeuner et va réveiller son mari (ils font chambre à part). Café pour lui, thé pour elle. Routine matinale. Désert un moment plus tôt, le logis spacieux paraît encore étrangement inoccupé. La femme s’appelle Elena.

Elle a épousé Vladimir deux ans plus tôt, après huit années de vie commune. Elle était infirmière, il était malade. Elle est pauvre, il est riche. Elle a un fils et deux petits-fils, il a une fille célibataire. Le fils vit aux crochets de sa mère et passe ses journées à boire. La fille vit aux crochets de son père et refuse d’utiliser son érudition autrement que comme arme de cynisme massif. Les seules tensions qui se manifestent entre Elena et Vladimir viennent de leurs rejetons et de ce que l’un et l’autre parents sont incapables de leur refuser quoi que ce soit, ce dont leur progéniture respective abuse, il va sans dire.

Le cinéaste russe Andreï Zviaguintsev inscrit en filigrane de sa trame deux pôles opposés: les nouveaux riches de la Russie moderne (Vladimir) et les laissés-pour-compte du capitalisme (Elena). En somme, lui représente le 1% et elle, les 99 %. La thèse du film, qui relate les circonstances d’un meurtre voué à demeurer impuni, suggère qu’une union comme la leur est contre nature, car leurs parcours sont irréconciliables. En dépit de l’amour des conjoints, ce mariage-là ne peut se conclure que par une tragédie.

Moins percutant que Le retour, le premier opus d’Andreï Zviaguintsev, Elena fascine néanmoins à force de pessimisme délétère. Il s’agit d’un autre portrait d’humanité très noir, noir comme le ramage du corbeau qui, au-dehors, s’est envolé, sa sombre prophétie avérée. À l’intérieur, la vaste demeure est désormais occupée, mais par qui, au fond, et à quel prix?

À voir en vidéo